Météo « moustiques »

15.04.2024 à 21.04.2024

Situation semaine précédente :

Les trois derniers jours ont été favorables aux piqûres et aux déplacements des moustiques adultes « ruraux ». Leur présence dite résiduelle résulte des 10-15 % de larves ayant réchappé aux traitements conduits depuis le 12 mars dernier.

Cette situation est aggravée, dans les Bouches-du-Rhône et le Gard, par les migrations de moustiques issus des zones humides non traitées.

393 hectares de zones humides ont été traités la semaine écoulée, particulièrement par voie terrestre. Il s’est agi de traitements de reprise et de traitements sur des zones irriguées. Depuis le 1re janvier, le total des superficies cumulées traitées s’élève à ce jour à près de 11 500 hectares. 2024 est, à cette période de l’année, la plus haute depuis 2016.

Les moustiques-tigres urbains commencent progressivement à réapparaître.

Prévisions pour la semaine du 15 avril :

Des nuisances résiduelles provoquées par les Aedes communs des marais sont à prévoir sur le littoral, à la tombée du vent, probablement en fin de semaine.

Situation par département :

Cartes de risque de nuisance à venir disponibles pour chaque département.

Bouches-du-Rhône : À l’embouchure du Grand-Rhône, les migrations de moustiques ruraux ont été lentes, la semaine dernière, vers la zone urbaine de Port-Saint-Louis et Salin-de-Giraud mais semblent pour le moment n’impacter que les pourtours du fleuve. Il y a un risque d’extension vers le centre, que la période de Mistral pourrait freiner. Les populations de ces moustiques adultes sont ponctuellement importantes au droit de leurs gîtes de reproduction (ruines de Paulet, prairies du bac, Belugue, à Salin et les poubelles sur Port-Saint/Louis). Les éclosions larvaires ont été majeures à quelques semaines d’intervalles dans tout le delta. Des migrations depuis des zones humides non contrôlées sont en cours et les nuisances ressenties sont fortes à très fortes partout en Camargue. Elles sont remontées très haut au nord et sont susceptibles de déborder largement sur les secteurs périphériques, comme à Arles (migration directe en provenance de la plaine de Fontvieille, des marais de la Gravière et aussi via tout le réseau de roubines, sèches depuis plusieurs saisons, en périphérie).

Autour de l’étang de Berre, on observe à Istres, une nuisance d’Aedes detritus en fin de journée, probablement due à une migration en provenance des zones non traitées. Sur le reste du secteur, on relève pour le moment une présence diffuse d’Aedes detritus en milieu et en fin de journée, mais rien de très important.  Le Mistral annoncé ces prochains jours, ainsi qu’une chute des températures, devraient abaisser significativement la sensation de gêne, mais celle-ci pourrait sensiblement augmenter dès la fin de semaine.

Gard : Les conséquences attendues des mises en eau fortes et répétées du mois de mars se font pleinement sentir depuis quelques jours. Les traitements effectués ont atteint globalement les objectifs dans les zones humides contrôlées, mais l’importances des surfaces concernées et les séquences durables de vents d’est permettent aux moustiques issus des zones camarguaises non traitées d’envahir la zone littorale gardoise et de provoquer des nuisances significatives. Elles ont été particulièrement ressenties le week-end passé (les 13 et 14/04), avec ses conditions quasi-estivales. Les jours à venir s’annoncent plutôt ventés : une accalmie est donc à prévoir jusqu’à la tombée du vent.

Hérault Est / Hérault Ouest : Des Aedes detritus sont toujours présents en dehors des zones agglomérées et touchent désormais les zones agglomérées, de Frontignan à Villeneuve-les-Maguelone. Des Aedes caspius issus des récentes mises en eau sont présents dans les bois de La Grande-Motte. À Mauguio, c’est la zone de l’aéroport qui est touchée. Dans la continuité de la semaine qui vient de s’écouler, les secteurs littoraux directement exposés seront toujours confrontés au risque de nuisances résiduelles. Néanmoins, les prévisions de Tramontane pour les jours à venir, ainsi que la baisse des températures, devraient légèrement réduire le ressenti dans les 3 à 4 prochains jours.

Aude : Présence résiduelle de moustiques communs Aedes detritus et Aedes caspius, ressentis durant ce beau week-end. Les situations les plus marquées à ce jour se situent autour de Narbonne, dans les secteurs irrigués. Ces moustiques ont touché les quartiers périphériques, comme, par exemple, Malard à Narbonne. Des émergences vont se produire encore sur le littoral car le mois de mars a été caractérisé par deux événements décalés dans le temps. Encore près de 80 hectares ont été traités cette semaine, notamment dans les plaines irriguées. Du fait de prévisions ventées jusqu’à vendredi, le risque de nuisance reste pour le moment faible en zones urbanisées.

Pyrénées-Orientales : On observe quelques nuisances résiduelles de moustiques des marais sur les communes en bordures de zones humides ; à Canet-en-Roussillon, au niveau du village et en partie sur la plage, à Saint Nazaire, à Torreilles-plage et au nord de Sainte-Marie plage. Au fil des années, la présence de Baccharis, générant un couvert végétal très dense, altère l’efficacité des traitements antilarvaires dans certaines stations, comme celles proches du Bourdigou. Au Barcarès, une nuisance résiduelle peut être ressentie au niveau de la Couladère et des Dosses. À Saint-Hippolyte, au niveau de la zone complexe et peu accessible du communal, des nuisances résiduelles peuvent survenir. À Salses-le-Château, on a observé une nuisance due à Aedes detritus, en fin de semaine, au niveau de l’entrée nord de la commune. Le risque de nuisance reste néanmoins plus faible dans les tout prochains jours.

Météo "moustiques"   15/04/2024 - 21/04/2024