Météo « moustiques »

10.06.2024 à 16.06.2024

Au cours de la semaine précédente :

Globalement, on observe une décrue, en termes de nuisance ressentie, même si sur quelques territoires, à la tombée des vents, les moustiques « ruraux » (issus de zones humides) peuvent être encore à l’origine de gênes soutenues.
Les mises en eau artificielles semblent lancées et devraient se poursuivre tout au long de la période estivale.
240 hectares de zones humides ont été traités. Le total actuel pour 2024 dépasse les 20 000 hectares, pour une moyenne 2019-2023 s’établissant à 11 500 ha à pareille date.
Les moucherons (« cératopogonidés ») sont également présents sur le littoral et occasionnent à certains endroits des nuisances parfois fortes. Ces petits diptères noirâtres, mesurant de 2 à 3 mm, sont particulièrement gênants, même en journée.
En secteurs urbanisés, le moustique-tigre (Aedes albopictus) est de plus en plus perceptible.

Prévisions à compter du 10 juin :

Suite aux toutes dernières mises en eau, par remontées d’eau de mer et/ou pluies, des traitements antilarvaires seront engagés dès que la météo, pour le moment ventée, le permettra.
Pas de nouveau risque de nuisance liée aux moustiques « ruraux » dans les tout prochains jours.

Situation par département :

Bouches-du-Rhône : Une nuisance d’Aedes caspius, faible au coucher du soleil, est constatée, dans le quartier du port à Saint-Chamas, près de la Poudrerie. 83 hectares de zones humides ont été traitées après des irrigations et la montée du niveau du Rhône. Les traitements aériens (47 ha), réalisés le 8 juin sur la commune de Port-Saint-Louis ont été motivés, pour la majorité d’entre eux, par une montée de la mer. Dimanche, un nouveau coup de mer et jusqu’à 42 mm de pluie ont submergé les marais littoraux, qui font l’objet de prospections.
Le vent de nord, dominant cette semaine, est favorable à une diminution du ressenti de nuisance mais un risque persiste, notamment à Arles et à Port-Saint-Louis-du-Rhône.
Les nuisances dues au moustique-tigre Aedes albopictus sont à un niveau équivalant à celui de la semaine dernière dans l’ensemble des communes.

Gard : La nuisance reste faible et les risques de nuisance quasi nuls dans les zones agglomérées, mais les moustiques sont bien présents localement, en milieux naturel ou agricole, lorsque les conditions et le moment sont le plus favorables. Cette semaine assez ventée devrait finir d’assainir la situation, en attendant de nouvelles pluies, annoncées pour le week-end prochain mais qui sont à confirmer.
Le sud du Gard a été frôlé par les orages du 9 juin, en fin de journée, sans conséquence directe pour les milieux qui y sont situés, mais des gîtes larvaires proches de la Camargue ont pu être inondés et provoquer des éclosions. La migration éventuelle à venir de ces moustiques est à surveiller.
Les moucherons, dits « alambi s ou arabis », sont par contre bien présents et particulièrement gênants dès que le vent cesse. Les irrigations des prés et prairies ont repris à Saint-Gilles, Bellegarde et Beaucaire : elles ont nécessité des traitements par avion, sur une trentaine d’hectares. Cette activité et leurs inévitables conséquences en termes de nuisances résiduelles s’engagent donc pour l’été et nécessiteront des traitements récurrents jusqu’à septembre.
Le moustique-tigre est présent en secteurs urbanisés.

Hérault Est / Hérault Ouest :Progressivement, un retour à la normale s’opère, aidé par la Tramontane. Cependant, on ne peut exclure, à certains endroits hors zones agglomérées et aux abords des habitations, quelques nuisances résiduelles imputables aux Aedes des marais, à la tombée des vents, en fin d’après-midis. Par conséquent, le risque de nuisances résiduelles est encore possible sur le littoral, à Sète, Agde, Marseillan, Frontignan Lespignan, Pérols, Palavas, Lattes ou La Grande-Motte.
Il convient également de mentionner la présence notable, par endroits, de moucherons (« alambis » ou « arabis »). En milieux urbanisés, le moustique-tigre devient de plus en plus perceptible.
L’orage localisé du week-end dernier va générer de nouvelles éclosions. Les moyens consécutifs à mettre en place seront vus en début de semaine.

Aude :Le ressenti de la nuisance liée aux Aedes des marais est en baisse notable, même si quelques moustiques adultes persistent, principalement en dehors des zones urbanisées, où les moucherons sont également présents.
Les irrigations ont repris progressivement sur l’étang de Marseillette et devraient se poursuivre, comme sur la plaine viticole de Coursan : 17 hectares ont été traités par voie terrestre.
Une remontée d’étang a été observée et les prospections caractériseront la suite à donner. Le risque lié aux espèces rurales est assez insignifiant dans les prochains jours en zones urbanisées. Le moustique-tigre est bien présent en ville.

Pyrénées-Orientales :Pas de nuisances (Aedes spp) ressenties, la semaine dernière, dans les communes situées en bordure de zones-humides. Par contre, on observe des niveaux d’eau élevés au Bourdigou, à Torreilles, du fait de l’ensablement du grau. La moindre petite fluctuation du plan d’eau due aux vents marins requerra des traitements terrestres, car les gîtes larvaires concernés sont proches des campings de Sainte-Marie. À Salses-le Château, les fluctuations de l’étang ont généré des éclosions d’œufs sur 80 hectares.
En secteurs urbanisés, on observe, après les dernières précipitations, une forte nuisance d’Aedes albopictus (moustique-tigre), inhabituelle à cette période de l’année.
Les traitements des avaloirs pluviaux sont poursuivis à Perpignan et dans les communes environnantes.

 

Météo "moustiques"   10/06/2024 - 16/06/2024