Lutte antivectorielle

Les traitements imagocides* au titre de la Santé publique

La « lutte antivectorielle » a pour objectif d’éviter une épidémie en contrôlant le risque de transmission de virus par les vecteurs.
Elle intègre une panoplie variée de moyens préventifs et curatifs, se rapportant principalement à la santé publique, à la veille entomologique, aux participations communautaires (comportements préventifs) et aux traitements insecticides.

A ces divers titres, elle mobilise une pluralité d’acteurs, sanitaires, scientifiques et techniques, particulièrement de l’Etat, des collectivités territoriales et du domaine de la recherche.
Les traitements imagocides (ou anti-adultes) sont une composante de la lutte antivectorielle (LAV) qui, comme la formule l’indique, consistent en des opérations insecticides, en l’occurrence contre les moustiques potentiellement vecteurs de maladies.


Dans les départements du sud de la France, les traitements sont effectués par l’opérateur EID Méditerranée pour le compte des Conseils départementaux, à la demande des l’Agences régionales de santé (ARS). Ils seront réalisés autour du lieu de vie d’un cas « suspect » – ou, a fortiori, avéré – de dengue, de chikungunya ou de zika dans un secteur où le moustique vecteur potentiel (Aedes albopictus) est installé (niveaux 1 et suivants du plan national antidissémination du chikungunya, de la dengue ou du zika). L’accord du Conseil départemental est nécessaire. Il s’agit alors d’éradiquer, sur un territoire donné et restreint, compte tenu des faibles capacités de dispersion des Aedes albopictus, les moustiques à l’état adulte, dans un rayon d’environ 150 mètres à partir de la résidence où a séjourné le cas « suspect ». Ces traitements de LAV ne sont réalisés que lorsque la présence du vecteur Aedes albopictus est avérée à proximité du domicile d’une personne ayant pu contracter la dengue, le chikungunya ou le zika lors d’un voyage récent hors de nos frontières, afin d’éliminer les moustiques ayant pu s’infecter en piquant la personne malade et, ainsi, de prévenir tout risque de démarrage d’épidémie.

 

* traitement imagocide : traitement contre les moustiques à l'état adulte

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil départemental des Bouches du RhôneConseil Général du Var