Le cycle biologique du moustique

Sur la cinquantaine d’espèce du littoral méditerranéen français,un petit nombre d'entre elles pique l'Homme. Les plus fréquentes appartiennent aux genres Aedes, Ochlerotatus et Culex. Les moustiques mâles sont inoffensifs : seules les femelles piquent. Car après accouplement, la femelle a absolument besoin d'un repas sanguin pour porter ses œufs à maturité.

Oeuf : Son repas sanguin achevé, elle va pondre ses oeufs à la surface de l'eau ou sur une terre humide soumise à submersion.

Larve : Dans l'eau, ses oeufs vont donner naissance à des larves qui ont un mode de vie exclusivement aquatique. L'eau est indispensable à l'éclosion de la larve et à son développement...Dans certains cas particuliers, les oeufs n'éclosent qu'après avoir passé l'hiver. La vie du moustique au stade larvaire a une durée variable inférieure à 10 jours en plein été,à plusieurs mois pendant l’hiver.Les larves se nourrissent de matières en suspensions présentes dans l’eau : de bactéries et de plancton. La vie larvaire du moustique est rythmée par des mues qui lui permettent de grandir et de passer par les 4 stades larvaires.

Nymphe : Au terme de cette période larvaire, la larve effectue une ultime mue et devient une nymphe (l’équivalent du cocon des papillons). A ce stade, elle vit encore 2 à 3 jours dans l'eau, le temps que s'accomplissent en elle de profondes modifications anatomiques qui donneront un insecte adulte parfait (imago).

L'émergence : L’émergence est la dernière étape, celle qui permet au moustique de passer du stade aquatique au stade aérien. La nymphe commence à s'immobiliser à la surface de l'eau. Une déchirure ouvre sa face dorsale...

et l'adulte se dégage lentement. Libre, il pourra enfin voler de ses propres ailes.