Actualités

01 Décembre 2016
Opérationnel

Drones - Démonstrations prometteuses

Rien ne vaut le terrain et le concret : c’est ce que se sont dits les agents de la direction technique de l’EID Méditerranée, qui sont allés tester en direct deux drones, le 15 novembre dernier, sur le pourtour de l’étang de l’Or (commune de Mauguio, 34), avec les représentants d’une société spécialisée (Flying Eye*) et en compagnie de techniciens de l’Agglomération du pays de l’Or, gestionnaire du site. Objectif : évaluer les capacités de traitement larvicide des moustiques par ce type d’aéronef, en zones humides et rurales. Par des conditions météo exceptionnelles, le jeu en a valu la chandelle puisque les premiers résultats obtenus sont unanimement jugés prometteurs.

Application liquide

La première démo a été effectuée avec un drone commercial, le DJI AGRAS MG1, déjà identifié pour les épandages liquides et enfin disponible en Europe. Une parcelle de 0,2 hectare était à traiter d’un seul tenant (gîtes naturels à Aedes sp.), équipée d’un transect** de vérification. Bouillie et buses de traitement étaient calées sur les pratiques opérationnelles actuelles. Les conditions de vol ont été très favorables (vent d’environ 15 km/h). Quatre lignes de vol étaient espacées de 5 mètres (andain*** efficace minimal). L’opération, réalisée en vol semi-automatique, a duré 1 minute et 35 secondes (vitesse programmée à 13 km/h). Les papiers hydro sensibles ont été très bien impactés et une efficacité générale a été constatée, avec une mortalité larvaire à hauteur de 90 %. Verdict : prometteur.

Application solide

La deuxième démo s’est appuyée sur un prototype développé sur mesure par Flying Eye, pour les épandages solides, cette fois, volant de manière autonome, ou presque (en vol programmé). Un réseau de 7 roubines longues de 120 mètres et larges de 4 mètres chacune devait être traité, soit 840 mètres linéaires (équivalant à 0,34 hectare). Une dose d’application a été déterminée conformément aux applications solides actuelles et un transect de vérification a été positionné sur la zone. Le plan de vol avait été préparé et cartographié en amont du décollage. Des conditions favorables (vent autour de 15 km/h) et un plan parfaitement respecté ont permis d’effectuer l’opération en 4 minutes et 45 secondes (12 km/h programmés), de manière totalement autonome. La bonne application (granulés correctement répartis sur le transect) a pu être suivie sur un retour vidéo. Au final, l’efficacité a été au rendez-vous. Donc, prometteur aussi.

L’innovation au cœur

Ces démonstrations sur le terrain s’inscrivent dans un projet innovant, porté par le pôle Études et Prospective de la direction technique de l’EID Méditerranée. Il s’agit d’identifier les opportunités qu’offre ce type de technologies (veille, recensement des besoins) et d’expérimenter les solutions techniques proposées par les concepteurs et les fournisseurs. Pour ce faire, le recours aux traitements biocides en milieu rural est apparu comme une bonne piste de travail. Les solutions identifiées ont pu être ainsi validées et les contraintes liées aux milieux d’intervention et aux métiers de l’EID-Med confortées (vol automatique nécessaire, retour vidéo, logistique, batterie et produit, règlementation et niveau de formation). Cette expérience très constructive ne manquera pas d’être relayée auprès des partenaires de l’ADEGE (agence nationale pour la démoustication). Autre piste de valorisation, et non des moindres : une démonstration devrait être effectuée lors de la prochaine réunion annuelle de l’EMCA (European mosquito control association). Prochaine étape : une expérimentation à plus grande échelle, en conditions réelles, dans une des agences de l'EID-Med. À suivre donc.

* www.flyingeye.fr

** transect : ligne virtuelle ou physique mise en place pour étudier un phénomène.

*** andain : largeur d’une bande de terrain traitée.