Actualités

03 Novembre 2015
Opérationnel

Nuisible - Un traitement pour protéger les végétaux

Xylella fastidiosa : ce n’est pas un moustique mais, plus simplement (encore que…), une espèce de protéobactéries Gamma, de la famille des Xanthomonadaceae. Nous voilà renseignés. Une primo apparition récente dans les Alpes-Maritimes a poussé les autorités publiques (Département et services de l’État) à commander un traitement spécifique à l’EID Méditerranée.

300 végétaux « hôtes »

Vraisemblablement originaire des Amériques, c'est un pathogène important pour de nombreuses plantes. Plus de 300 espèces végétales, sauvages ou cultivées, sont dites plantes « hôtes » de cette bactérie : fruitiers, arbustes d’ornement, herbacées… Le champ est vaste. Une bactérie dont certaines souches sont à l’origine de maladies mortelles pour les végétaux, en particulier la vigne, l'olivier et les agrumes. Le symptôme : un dessèchement rapide, partiel ou généralisé.

Il y a souche et souche

Une épidémie affecte la province de Lecce, dans les Pouilles, en Italie du sud, où des milliers d'arbres sont flétris ou morts depuis 2013. S’agissant de la Corse, atteinte depuis juillet de cette année, et dans les Alpes-Maritimes, où une première identification a été faite très récemment, sur un arbuste planté dans un rond-point de la ville de Nice, la souche semble différente de celle sévissant en Italie. Identique à celle présente aux États-Unis, où elle n’a provoqué aucune crise grave, elle est réputée moins virulente. Pour autant, les spécialistes indiquent qu’on ne sait pas comment cette souche-là se comportera dans l’environnement européen, différent de celui d’outre-Atlantique. Et puis la souche « italienne » n’est pas très loin.

Transmissions plurielles

L’épisode niçois débutant a suscité un empressement des pouvoirs publics à réagir promptement, compte tenu de l’impact paysager et économique potentiel du phénomène. La maladie peut se transmettre via des insectes suceurs de la sève des plantes, tels que les cercopes ou les ciccadelles, par exemple. En appui sur un arrêté préfectoral en date du 16 octobre, classant le quartier niçois concerné au titre de la « liste des dangers de première et deuxième catégorie pour les espèces végétales », le Département des Alpes-Maritimes, soucieux d’éradiquer le phénomène à la source, a commandé à l’EID Méditerranée un traitement phytopharmaceutique dans un rayon de 100 mètres autour du foyer diagnostiqué, sur les domaines public et privé. Celui-ci a été effectué le 21 octobre par l’agence EID de Biot (06), sous la supervision du service régional de l’alimentation (SRAL / État), du conseil départemental et de la chambre d’agriculture.