Actualités

03 Novembre 2015
Moustique tigre

« Moustique tigre » - La prévention, c’est utile toute l’année

Le « moustique tigre » a cette particularité d’hiverner – on dit « diapauser » – à l’état d’œuf (d’autres espèces diapausent au niveau des larves ou des adultes). Cela signifie que le processus biologique se fige momentanément à ce stade, jusqu’à ce que, au cours du printemps suivant, les températures redeviennent plus douces et les journées s’allongent. Car la photopériode (rapport entre la durée du jour et la durée de la nuit) joue aussi un rôle non négligeable dans l’activité des moustiques. Donc les œufs pondus à l’automne et par la suite ne seront en capacité d’éclore qu’à partir du mois de mars. Et le « moustique tigre » redeviendra « audible » progressivement à partir de mi-avril / début mai.

       

Éclosions possibles jusqu’à courant novembre

Question : la période automnale et hivernale est-elle une période de pause dans l’accomplissement de gestes préventifs efficaces ? La réponse est non : on peut jouer un rôle significatif toute l’année. D’abord, la diapause des œufs est progressive dans le temps. Donc même si elles décroissent de plus en plus fortement en nombre, des éclosions sont possibles jusqu’à courant novembre. Ainsi, vider ou gérer ses eaux stagnantes reste une démarche à recommander, disons jusqu'à la fin du mois.

En hiver, curer plutôt que vider

Après, l’objectif concret change : il ne s’agit plus d’éviter les larves en vidant ses eaux stagnantes mais de se débarrasser des œufs en grattant ou en curant les parois des récipients situés à l’extérieur, surtout les plus permanents d’entre eux, tels que les cuves, les citernes, les bassins, les mobiliers de jardin. Ainsi, diminuer le stock d’œufs « diapausants » pondus depuis la fin de l’été évitera que ceux-ci se transforment en larves puis en moustiques volants et piqueurs au retour du printemps. CQFD.

Entretenir et éliminer

Et puis, de la même façon que gouverner c’est prévoir, entretenir et aménager son jardin / milieu de vie à la morte saison permettra d’offrir au « moustique tigre » le moins de gîtes de ponte possible dès le printemps suivant. Et éliminer carrément tous les petits récipients inutiles, en les jetant à la déchetterie, par exemple, contribuera aussi à régler le problème en amont.

Gestes concrets

Quelques conseils concrets pour éviter de fournir le gîte et le couvert au « moustique tigre », au retour des beaux jours :

  • revoir son système d’arrosage et de rangement de matériel de jardin.
  • revoir son système d’évacuation des eaux de pluie :  caniveau, siphon, piège à sable.
  • bâcher et étanchéifier tout ce qui peut l’être.
  • adapter la gestion de l’eau liée à l’arrosage, poser des toiles moustiquaires fines sur tout récupérateur d’eau.
  • supprimer les coupelles ou les remplir de sable, obstruer les ouvertures donnant accès aux réserves d’eau des bacs « riviera ».
  • faire le tri et le ménage des encombrants de jardins, de terrasses et de balcons.