Actualités

08 Juin 2015
Moustique tigre

Surveillance des moustiques « exotiques » - L’EID-Med mandatée par le ministère

On se souvient (ou pas) du virus West Nile (virus du Nil occidental, en français) contracté par des chevaux, au début des années 2000, dans le Gard et les Pyrénées-Orientales. Le nouveau paysage vectoriel en France métropolitaine, avec l’arrivée du « moustique tigre » (qui, lui, ne transmet pas le West Nile), conduit le ministère de la Santé à renforcer la surveillance des moustiques exotiques dans l’hexagone. Il a mandaté à cette fin l’EID Méditerranée.

Mandat pour 6 régions

C’est ce paysage vectoriel général, même s'il n'est pas alarmant, qui conduit le ministère de la Santé à mettre en place un dispositif de surveillance globale des moustiques exotiques importés en métropole. Ainsi, dans le cadre d’une circulaire interministérielle du 1er octobre 2012, relative aux mesures visant à limiter la circulation du virus West Nile en France métropolitaine, une surveillance et une étude des moustiques potentiellement vecteurs de cette maladie est mise en place en cas de circulation du virus dans l’avifaune sauvage, chez les équidés et, éventuellement, chez l’Homme. À ce titre, le directeur général de la santé (DGS) a désigné l’EID Méditerranée comme l’organisme chargé de participer à ces opérations de surveillance dans les régions PACA, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Auvergne, Centre et Île de France