Actualités

21 Avril 2015
Opérationnel

Moustiques - Épisodes de la période récente et explications

Durant la semaine du 13 avril, le temps globalement ensoleillé et assez chaud en journée a été plutôt favorable à l’agressivité des moustiques issus des zones humides à submersions temporaires (Aedes detritus, principalement). Ainsi, les femelles qui ont émergé ces dernières semaines ont généré localement quelques nuisances diurnes et extérieures, plus particulièrement ressenties sur certains territoires des Bouches-du-Rhône et de l’Hérault (du côté de Sète, en majeure partie).

Ces moustiques adultes proviennent de territoires non démoustiqués (grande Camargue) ou d’échappées, en faible densité, dues à des conditions climatiques défavorables de fin d’hiver (vent perturbant les interventions aériennes) et aux difficultés liées à la disponibilité d’un seul larvicide, le Bti, qui n’atteint pas en toutes circonstances un niveau optimal d’efficacité, sans aucun moyen de reprise possible (voir sur ce sujet la Newsletter n°7). Ces nuisances résiduelles vont progressivement s’estomper.

Il est à noter que les facteurs climatiques ont été également favorables aux larves puis aux adultes des moucherons de la famille des Cératopogonidés, communément appelés « Arabis ». Les nuisances que génèrent ces petits insectes en cours de journée, particulièrement sur le littoral, ne sont pas techniquement contrôlables, du fait que leurs larves sont enfouies dans le sol et ne peuvent être ni localisées ni traitées.

Les perturbations météorologiques, tout comme les irrigations des terres, qui ont démarré, principalement, dans l’Aude et dans le Gard, pourraient entraîner de nouveaux traitements antilarvaires dans les zones humides littorales. Dans les prochains jours, les nuisances ressenties devraient régresser progressivement.

 

Situation détaillée par département :

  • „ Bouches-du-Rhône : les nuisances ressenties ces derniers jours dans les zones urbaines de Port-Saint-Louis-du-Rhône et à Arles sont en baisse. La nuisance diminue sensiblement à Salin-de-Giraud. Le risque de nuisance liée aux moustiques en provenance de la costière de Crau s’est vérifié à Istres. Des traitements larvicides par voies aérienne et terrestre sont programmés, comme suite aux précipitations ayant engendré des éclosions larvaires.
  • „ Gard : la nuisance résiduelle baisse d’une façon générale, excepté au Grau-du-Roi, où Aedes detritus  se fait encore ressentir en journée, à l’est de la commune. Dans les prochains jours, le risque de nuisance liée aux moustiques est plus modéré mais le ressenti général est aggravé d'une forte présence de moucherons. La pluie a provoqué des éclosions larvaires. Des traitements larvicides sont planifiés dès le 21 avril.
  • „ Hérault : les moustiques adultes de l’espèce Aedes detritus, ont provoqué des nuisances résiduelles, principalement à Sète, ainsi qu’à Fabrègues, à Saint-Jean-de-Védas, à La Grande Motte, à Agde et à Marseillan. Ces nuisances ont été ressenties en journée, plus particulièrement en dehors et en périphérie des zones urbaines. Les irrigations des terres ont requis des traitements par voies aérienne et terrestre. Par ailleurs, des larves de moustiques « urbains » (de l’espèce traditionnelle Culex pipiens mais aussi, sur un mode commençant, d’Aedes albopictus) ont été collectées et traitées sur le Montpelliérais.
  • „ Aude : des moustiques des champs sont remontés via les habituels couloirs de migrations, depuis les bords de mer vers l’intérieur, et ont provoqué, lors des belles journées, quelques nuisances résiduelles localisées, particulièrement à Fleury et à Narbonne. Les irrigations des terres cultivées ont débuté au niveau de la plaine de Coursan et de l’étang de Marseillette : elles requièrent des traitements larvicides, majoritairement sur des fossés. À l’instar d’autres départements, les moucherons se font sentir en bord de mer, comme à Narbonne-plage.
  •  Pyrénées-Orientales : des  nuisances résiduelles imputables aux moustiques des marais sont ressenties sur le pourtour des étangs, comme sur la commune de Saint-Nazaire et, à un degré moindre, à Salses-le-Château, à Saint Hyppolite ou à Canet en Roussillon. Cette situation devrait perdurer encore quelques jours.