Actualités

19 Mars 2015
Moustique tigre

Europe - Un congrès valencien et... tigré

Le mundillo européen du moustique, versant technique et recherche, s’est retrouvé du 23 au 26 février derniers à Valencia (Espagne), dans le cadre du 7ème congrès de l’EMCA (European mosquito control association). Cette assemblée, qui se réunit environ tous les trois ans, a pour but de balayer ce qui est au cœur des préoccupations principales des opérateurs de contrôle des moustiques nuisants et, surtout, vecteurs.

Le « tigre » en vedette

L’intérêt de ce dispositif consiste à voir exposées de nombreuses expériences concrètes et géoréférencées, permettant d’établir d’utiles comparaisons et/ou de tirer des leçons non moins intéressantes. Le programme a ainsi intégré plusieurs thèmes en vogue, au premier rang desquels le contrôle du « moustique tigre », qui accapare l’attention. La situation française a été mise en exergue par le biais d’une communication substantielle, dès le début des échanges, de Gregory L’Ambert, qui a exposé les stratégies déployées dans l’hexagone, en particulier par l’EID Méditerranée, et les enseignements consécutifs aux cas autochtones de chikungunya, à Montpellier, en 2014. Cette communication a été suivie d’une séance entière consacrée à ce même « moustique tigre », sous la co-présidence de Christophe Lagneau, directeur R&D de l’EID-Med.

Insecticides, méthode et outils

Les autres thèmes retenus, outre un point général sur les programmes de démoustication en Europe, ont touché aux insecticides et aux méthodes, sous un angle opérationnel et parfois très détaillé (essais, répellents, sprays, etc), au contrôle en zones naturelles protégées, aux outils taxonomiques pour l’identification et le contrôle d’espèces ciblées ou aux outils de modélisation technique et numérique.

Solide délégation de l’EID-Med

L’EID Méditerranée était donc représentée par Christophe Lagneau, administrateur de l’EMCA en tant que correspondant de l’association pour la France, Gregory L’Ambert, Benoît Francès et Nicolas Sidos, ces deux derniers étant les principaux auteurs de deux posters « EID-Med » qui ont été exposés sur place, parmi vingt-cinq autres : l’un traitant de l’évaluation des impacts environnementaux des activités de contrôle dans des sites « Natura 2000 » et l’autre concernant l’utilisation de disperseur de granulés au sol.