Actualités

10 Février 2015
Moustique tigre

« Moustique tigre » - Une action ordonnée et lisible

La lutte contre le « moustique tigre » est réputée souffrir d’un manque de transcription stratégique, notamment en termes de communication. Côté opérateurs, les mains dans le cambouis et face à la « demande sociale », comme on dit savamment (c’est-à-dire face à la population et à sa revendication première de ne pas être piquée), la théorie succombe parfois devant la pratique. En réalité, un plan organisé existe, sous l’égide de l’EID Méditerranée, dont la mise en œuvre a été expérimentée puis déroulée de façon régulière, depuis 2007, dans les Alpes-Maritimes.

Intégrer les actions

L’installation du « moustique tigre » dans la zone d’action traditionnelle de l’EID-Med n’a fait qu’intensifier la demande de réponse organisée, à la nuisance (d’abord) comme au volet vectoriel. Et bien, à la fois pour articuler et intégrer les actions commises dans ce domaine par les différents services de l’EID-Med (volet technique et volet communication / prévention) et pour les rendre lisibles vis-à-vis de l’extérieur (collectivités financières et partenaires divers), un document stratégique a été réalisé par la direction de la communication et la direction technique de l’établissement.

Méthodique et réaliste

En une cinquantaine de pages, sur la base d’un contexte précisément décrit, fléchant une gouvernance par moments confuse, tant sont nombreux les institutions et organismes ayant une compétence ou un intérêt pour cette problématique, des moyens opérationnels spécifiques et des principes d’action communicationnels visant la fameuse « participation communautaire » sont consignés sur le papier.

D’abord ce qui peut être fait

Présenté en conseil d’administration, ce document a été validé par les élus, devenant un élément de référence pour l’établissement. Bien sûr, il n’est pas figé et est appelé à évoluer dans le temps. Pour 2015, il s’attache à recenser le champ des possibles et à lister de façon méthodique ce qui doit − et donc surtout ce qui peut − être fait. Ainsi, si ce qui est écrit est effectivement réalisé, ne serait-ce que pour moitié en 2015, puis pour la totalité en 2016, on aura significativement avancé.