Actualités

17 Novembre 2014
Opérationnel

L’EID-Med suit 10 départements...

Au total (provisoire), dix départements constituent le territoire au sein duquel l’EID Méditerranée est mandatée pour réaliser, en tant que de besoin, les traitements antivectoriels (LAV) : les 6 départements membres (Pyrénées-Orientales, Aude, Hérault, Gard, Bouches-du-Rhône, Var), augmentés des Alpes-Maritimes (depuis 2007), des Alpes-de-Haute-Provence (depuis 2011), du Vaucluse (depuis 2012) et, versant ouest, de la Haute-Garonne (depuis 2013). Le Département du Lot-et-Garonne, récemment classé, a lui aussi pris contact. Les pronostiqueurs estiment qu’en région, la Lozère devrait rejoindre le club l’an prochain (une dizaine d’autres départements sont également classés en « niveau 0b », suite à l’identification d’œufs d’Aedes albopictus et non (encore) de « moustiques tigres » adultes, laissant présager un classement en niveau 1 l’an prochain). Huit autres départements métropolitains sont également, dès à présent, en niveau 1 du plan national « antidissémination chik & dengue » : deux suivis par leurs conseils généraux (Corse-du-Sud et Haute-Corse), quatre par l’EID Rhône-Alpes (Ardèche, Drôme, Rhône, Isère) et, un par l’EID Atlantique (Gironde). À noter qu’en secteur « Méditerranée », chaque conseil général conventionne spécifiquement avec l’EID-Med pour le volet « LAV ».

www.albopictusLR.org