Actualités

03 Novembre 2014
ADEGE

Réseau - Les opérateurs publics dans l’expectative

L’assemblée générale de l’agence nationale pour la démoustication / ADEGE (*), qui s’est tenue mardi 7 octobre dernier à l’Assemblée nationale, à Paris, a donné l’occasion de faire un point plutôt critique sur les relations des opérateurs publics avec le gouvernement (en photo : Christian Jean, président de l'EID-Med et président sortant de l'ADEGE, transmet le flambeau à Albéric Benth, vice-président du conseil général de la Guyane).

Pas de réponse

En effet, depuis les deux réunions au cabinet de la ministre de la Santé, en avril et juin… 2013, et des courriers de relance, auxquels il a été répondu assez longtemps après par des accusés de réception polis, plus de nouvelles au sujet de la gouvernance de la LAV et, plus généralement, sur les perspectives évolutives concernant la démoustication en général. Il est vrai qu’entre-temps, sont sortis les projets de loi sur la réforme territoriale et sur les nouvelles compétences des collectivités décentralisées. Deux textes qui doivent venir en discussion devant le Parlement d’ici à la fin de l’année. Il n’y est pas question, à ce stade, de lutte contre les moustiques, mais il est probable qu’en déclinaison de ces nouveaux dispositifs, le métier sera remis sur l’ouvrage dès 2015.

Territoires et compétences

À ce stade et compte tenu des renouvellements électoraux de mars (départements) et de décembre (régions) prochains, il est difficile, pour les représentants des services publics opérationnels, de définir une position commune, l’outre-mer évoluant différemment de la métropole : en Martinique et en Guyane, par exemple, les départements fusionnent avec leurs régions respectives pour constituer des collectivités territoriales uniques, qui reprendront donc la compétence de lutte contre les moustiques. Alors qu’en métropole, les Départements, dont les compétences (ainsi que celles des Régions) devraient être profondément revues, doivent subsister jusqu’en 2021. Mais un élément fédérateur entre membres de l’ADEGE est le constat d’un engagement financier insuffisant de l’État, particulièrement aux Antilles et en Guyane, où la sévère épidémie de chikungunya a excessivement mobilisé les moyens des conseils généraux.

(*) Créée en 1996, l’ADEGE est une association loi-1901 qui rassemble les EID Méditerranée et Rhône-Alpes, le SIVU du département du Bas-Rhin, les, les conseils généraux de la Corse-du-Sud, de la Martinique et de la Guyane, ainsi qu’en membre associé le CODE / Delta de l’Ebre (Espagne, Catalogne).

www.adege.eu