Actualités

03 Novembre 2014
Opérationnel

Recherche appliquée - Les « bios » chez les « phytos »

On se souvient de l’engin terrestre présenté dans le cadre du colloque de restitution du projet européen « IMCM / LIFE+ » (*), en octobre 2013 à l’École nationale d’agronomie de Montpellier : un prototype établi sur la base d’un Quad (moto 4x4) et conçu par les partenaires pour garantir à la fois le contrôle des doses d’application et la réduction des effluents de traitement via un système de mélange automatique. Et bien, cette démarche a été présentée par un tandem EID Méditerranée (Didier Moulis, directeur technique, Christophe Lagneau, directeur recherche & développement) / EID Rhône-Alpes (Rémi Foussadier, directeur général) aux participants au colloque « SPISE » / Standardized procedures of inspection of sprayers in Europe (**), organisé par l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, ex-CEMAGREF), du 15 au 17 octobre derniers à Montpellier.

Présentations saluées

Et elle a été saluée par toute l’assemblée, dont l’objectif consistait à partager les avancées en matière de contrôle technique des matériels agricoles dans les différents pays de l’Union, afin de mutualiser des procédures et d’aboutir à des guidelines pouvant aller jusqu’à servir de cadre à la rédaction d’une directive européenne sur le sujet. À cette présentation s’est ajoutée celle du panel des engins de traitement utilisés par l’EID-Med : une manière d’élargir la réflexion d’un auditoire plutôt versé dans les applications pour l’agriculture à d’autres types d’engins et d’appareillages spécifiques et « cousins ».

Démarche volontaire

Un atelier a été animé « in english » par Nicolas Sidos (direction technique de l’EID-Med), sur la base de supports anglicisés, dans lequel l’EID-Med a pu présenter, complémentairement à ses engins, sa stratégie d’intervention et sa démarche de contrôle technique volontaire engagée en interne, afin de garantir au mieux le fonctionnement des outils opérationnels. Il faut  noter que si, contrairement aux professions agricoles, les contraintes légales n’imposent rien, actuellement, en termes de contrôle technique obligatoire, s’agissant des applications biocides, la démarche volontaire initiée dans ce sens depuis plusieurs années par l’EID Méditerranée et intégrée à sa certification ISO, a été unanimement appréciée.

(*) Integrated mosquito control management : www.lifeplusmoustique.eu

(**) Procédures standardisées d’inspection des applicateurs en Europe.