Actualités

01 Juin 2014
EID Méditerranée

Aedes aegypti - Évaluation des risques liés aux OGM

Sur proposition du Mexique, du Brésil et du CERA (center for environmental risk assessment), aux États-Unis, l’OCDE (organisation de coopération et de développement économique) démarre cette année, à l’état de projet, la préparation d’un document de synthèse sur la biologie du moustique Aedes aegypti (vecteur, en régions tropicales, de la dengue et du chikungunya, notamment), en lien avec l’évaluation des risques liés aux OGM (organismes génétiquement modifiés).

Aide à la décision

Ce document aura pour objectif de mettre à disposition des 34 états membres de l’OCDE (des pays développés et démocratiques, issus de tous les continents) des éléments scientifiques et techniques à même de faciliter leurs prises de décisions relatives à la mise sur le marché d’OGM. L’OCDE a déjà rédigé des documents de ce type, portant sur des espèces cultivées ou des micro-organismes, mais jamais sur les insectes. Quelques exemples sont consultables sur le site de l’OCDE (www.oecd.org/env/ehs/biotrack/).

Le CNEV contacté

À ce stade, le groupe de travail en charge de la rédaction de ce document est composé d’experts du Brésil, du Mexique, des États-Unis, d’Australie et d’Inde, ainsi que des membres d’OXITEC (Oxford insect technologies, une société britannique spécialisée dans le suivi et le contrôle des insectes vecteurs). Le CNEV (Centre  national d’expertise sur les vecteurs) a été également contacté par le responsable de l’OCDE en charge de ce dossier, en vue d’identifier des experts français pouvant participer à ce groupe de travail. Ainsi, outre les membres du comité de pilotage du CNEV (dont l’EID Méditerranée), des représentants de l’Institut Pasteur de Paris, de l’IRD (MIVEGEC) et des services de lutte ultramarins, notamment, ont été pressentis à cette fin. La première échéance était un atelier, qui s’est déroulé à Mexico, courant mai, avec pour but de lancer la rédaction du futur document.