Actualités

05 Mai 2014
Projet européen "IMCM Life+"

Des pratiques bonnes et chartées pour la démoustication

Les élus des collectivités et opérateurs publics partenaires du projet européen « IMCM / LIFE + » (www.lifeplusmoustique.eu) ont validé un Guide des bonnes pratiques de la démoustication et signé une charte ayant valeur d’engagement. Ce guide est un dispositif normatif que suivront scrupuleusement (ce qui est, de fait, déjà le cas) les opérateurs partenaires et qui a vocation à être répliqué par tous autres services de contrôle et de lutte, en France et en Europe. Et pourquoi ne pas imaginer que ce guide inspire des réglementations à l’échelle communautaire ?

Formaliser pour s’engager

À ce jour, et bien que de nombreux ouvrages fassent référence en la matière, il n’existe aucune règle clairement établie en France ou en Europe, à laquelle peuvent se référer formellement les opérateurs publics luttant contre les moustiques nuisants et vecteurs. Ce Guide des bonnes pratiques a pour première ambition d’apporter les explications utiles à la compréhension des enjeux : forte demande sociale, risques épidémiques, exigences environnementales. Puis, au-delà de la volonté de décrire un métier pluridisciplinaire, d’en définir les contours et principes et de mettre en place un cadre formel «  opposable aux tiers », il s’agit de créer une dynamique d’amélioration continue et de s’y engager. Dans ce sens, il est essentiel de prêter à cette démarche un caractère formel via une charte, concrétisant l’engagement volontaire des opérateurs de prioriser, toujours et partout, la notion de « développement durable ».

Durable et intégré

Appliquer à la lutte contre les moustiques les exigences du développement durable consiste à recourir à une gestion « intégrée », bien connue et déjà largement appliquée dans l’agriculture. C’est, d’ailleurs, ce que préconise l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sous le vocable « Integrated mosquito control management / IMCM » (Gestion intégrée du contrôle des moustiques). Cette démarche doit s’appuyer sur un état des lieux de l’existant, facilité par l’adoption d’un enregistrement méthodique des activités (notion de traçabilité), étape indispensable à toute évaluation objective de l’efficacité des actions et de la pertinence des choix des méthodes et moyens appropriés.

Échanges, transferts et qualité

L’originalité de l’élaboration de ce guide a résidé dans un long travail d’échanges et de transferts d’expériences entre les opérateurs partenaires du projet européen « IMCM / LIFE+ »*, renforcé par des éclairages scientifiques d’organismes de recherche, à qui des études approfondies ont été confiées, notamment en matière d’impact environnemental. Ce guide est l’aboutissement du souhait de mettre pour la première fois à la disposition des décideurs publics, comme des opérateurs eux-mêmes, des outils d’aide à la décision basés sur des indicateurs pertinents (et perfectibles) et sur une approche « coût / efficacité / impact », au regard d’un double objectif sanitaire et d’impact environnemental maîtrisé. Une démarche qui s’inscrit dans un processus d’amélioration continue et qui fait donc de ce document un outil évolutif. 

 

* EID Méditerranée, EID Rhône-Alpes, conseil général de la Martinique, conseil général de la Guyane, conseil général de la Corse-du-Sud