Actualités

05 Mai 2014
Projet européen "IMCM Life+"

Projet européen « LIFE » - Les résultats et la manière

Ce sont 250 personnes (élus, chercheurs, techniciens), de France métropolitaine, de Martinique, de Guyane, de Guadeloupe, de La Réunion, de Roumanie, de Suède, de Belgique… qui ont participé au colloque de restitution du projet européen « IMCM / LIFE+ » (www.lifeplusmoustique.eu),  à Montpellier, en octobre derniers. Quinze présentations, trois ateliers sur le terrain, des stands attractifs, une table ronde. Les actes de ce colloque seront disponibles dans la première semaine de mai.

Ce sont près de 250 personnes (élus, chercheurs, techniciens), provenant de France métropolitaine, de Martinique, de Guyane, de Guadeloupe, de la Réunion, de Roumanie, de Suède (ECDC), de Belgique (Commission européenne), qui ont participé au colloque de restitution du projet européen « IMCM / LIFE+ » (www.lifeplusmoustique.eu)*, les 23 et 24 octobre derniers, à SupAgro Montpellier. Outre les introductions institutionnelles de rigueur, pas moins de quinze présentations, ponctuées de trois ateliers sur le terrain, ont permis de retracer les principaux résultats du projet (voir ci-dessous). Quant aux stands, très visuels et attractifs, ils ont été l’occasion d’échanges concrets entre techniciens partenaires. Enfin, la table ronde dédiée à la gestion des populations de moustiques et au développement durable (« Quels défis pour demain ? ») a été animée et, de l’avis général des participants, très enrichissante. L’ensemble des débats fera l’objet de la publication d’actes (en cours).

Tâche n° 1 : Réseaux entomologique

  • Validation des protocoles et méthodologies pertinents chez tous les partenaires.
  • Développement d’un outil de saisie commun des données entomologiques.
  • Amélioration des connaissances sur les dynamiques des populations de moustiques.
  • Échanges de savoir-faire et des expériences acquises entre les partenaires.

Tâche n° 2 : Bonnes pratiques

  • Élaboration d’une base de données « métiers », utilisant un glossaire commun et partagé.
  • Évaluation physique de la majorité des matériels de traitements.
  • Optimisation de la maîtrise des épandages (prototypes, nouveaux appareils...).
  • Rédaction d’un Guide des bonnes pratiques.

Tâche n° 3 : Observatoire de la nuisance

  • Mise en place de questionnaires sociologiques adaptés aux différents territoires.
  • Réalisation d’enquêtes sociologiques auprès des populations chez tous les partenaires.
  • Formulation de recommandations sur la perception des métiers de la démoustication (au sens large), sur la nuisance et sur le risque vectoriel

Tâche n° 4 : Traçabilité et infrastructures numériques 

  • Développement et déploiement d’un portail géographique de données :

           => catalogue de données pour chaque partenaire et catalogue commun.
           => outil de saisie « métiers » : entomologie, traitements, etc.
           => plateforme de visualisation et de téléchargement des données et de cartes.

  • Utilisation de la télédétection pour le développement d’un outil de prévision du risque entomologique (carte de probabilité de rencontre entre un Aedes albopictus et la population de résidents).

Tâche n° 5 : Effets non intentionnels

  • Élaboration de méthodologies scientifiques à vocation opérationnelle pour étudier les compartiments aquatiques et terrestres (y compris pollinisateurs).
  • Amélioration des connaissances sur la faune aquatique et terrestre de nos milieux.
  • Évaluation des risques d’exposition des applicateurs aux biocides (pour les scénarios potentiellement les plus « risqués » :  traitements adulticides).           

* EID Méditerranée, EID Rhône-Alpes, conseil général de la Martinique, conseil général de la Guyane, conseil général de la Corse-du-Sud.