Risques sanitaires

Le moustique et les maladies

Les maladies tropicales

  • Le paludisme : C'est une maladie due à un protozoaire, organisme unicellulaire appelé hématozoaire. Ce parasite est transmis, par piqûre d'homme à homme, par des moustiques du genre Anopheles chez lequel il effectue la première partie du cycle de développement. La seconde partie s'accomplit chez l'homme. C'est une maladie à répartition mondiale qui touche plus d'un demi-milliard d'individus. Elle a longtemps sévi dans les pays tempérés, dont la France, mais depuis un demi-siècle elle a pratiquement disparu d'Europe. Par contre, elle touche encore une grande partie des populations vivant dans les zones intertropicales d'Afrique, d'Asie et d'Amérique. Le traitement et la prévention ont d'abord été réalisés avec un alcaloïde extrait du quinquina : la quinine ; des antipaludiques de synthèse sont utilisés aujourd'hui. Il n’existe pas encore de vaccin.
  • La fièvre jaune : Elle est due à un virus transmis, par piqûre d'homme à homme, par un moustique du genre Aedes. Son histoire commence avec les premières relations régulières entre l'Europe et les rivages intertropicaux d'Amérique et d'Afrique. La répartition de la maladie est moins vaste que celle du paludisme. On la trouve surtout dans la zone intertropicale d'Afrique et d'Amérique. Elle n'a jamais été observée en Asie. En Europe, seuls quelques cas isolés ont été notés dans les ports. C'est une affection extrêmement grave pour laquelle il n'existe aucun traitement spécifique. Des vaccins très efficaces ont été mis au point.
  • La dengue : C'est une maladie virale généralement bénigne mais la forme hémorragique peut être mortelle. Elle est transmise, d’homme à homme, par un moustique du genre Aedes. On la rencontre surtout en Asie du sud-est, dans le Pacifique sud, l’océan Indien, en Australie et aux Caraïbes. Il n’existe ni médicament ni vaccin contre cette maladie.
  • Le chikungunya : Le chikungunya est un arbovirus, il se transmet d’homme à homme par l’intermédiaire de moustiques du genre Aedes.Lors d’une piqûre, le moustique prélève le virus sur une personne infectée, et à l’occasion d’une autre piqûre, il le transmet à une personne saine. C’est pourquoi, le meilleur moyen de lutter contre la transmission du chikungunya est de se protéger individuellement contre les piqûres de moustique (vêtements longs, répulsifs cutanés, moustiquaires), et de ralentir leur reproduction en détruisant les gites larvaires les plus évidents (dessous de pots, déchets, gouttières).
  • La filariose de Bancroft ou éléphantiasis : Elle est causée par un ver dont une partie du développement se passe chez des moustiques du genre Culex et se poursuit chez l’homme. Elle entraîne des enflures invalidantes parfois spectaculaires. On la rencontre en Asie, en Afrique, dans le Pacifique et en Australie.

Les maladies locales

Maladies locales, humaines et aussi animales, connues en Languedoc-Roussillon : 

  • le " lourdige ", encéphalite grave du cheval, est causé par le virus West-Nile véhiculé par un moustique du genre Culex. Ce virus peut également provoquer une affection de type grippal très bénigne chez l'homme.
  • le virus Tahyna, transmis par un moustique du genre Ochlerotatus, occasionne un état grippal discret chez l'homme.
  • la myxomatose, maladie du lapin, est due à un virus transmis par plusieurs espèces de moustiques appartenant aux genres Ochlerotatus et Anopheles mais le principal vecteur est la puce qui prolifère dans les terriers.
  • la filariose canine est causée par un ver. Les moustiques injectent les larves de ce ver qui se fixent sur la paroi du coeur pour terminer son développement; là ils perturbent la circulation sanguine ce qui peut entraîner la mort du chien.
     
Le moustique ne transmet par le Sida.