Actualités

06 Février 2017
EID Méditerranée

Vœux 2017 - Sous le signe de la qualité

Changement dans la continuité : « Nous sommes en train d’écrire une nouvelle page de notre établissement », c’est ainsi que le président de l’EID Méditerranée, Christophe Morgo, a introduit son discours de vœux pour l’année 2017 auprès des agents réunis au siège, à Montpellier, le 25 janvier dernier. Un discours mobilisateur, placé sous le triple signe de l’ouverture, de la communication et de la qualité.

Changement dans la continuité

Indiquant qu’« il faut sans cesse se remettre en question », surtout dans le contexte tendu actuel (raréfaction des insecticides, introduction parasite du moustique tigre, poids du changement climatique, etc), il a invité le personnel à « s’appuyer sur ce qui a été fait, pour avancer et s’améliorer encore ». Remerciant une nouvelle fois son prédécesseur, Christian Jean, ainsi que Didier Amadou, ancien directeur général, qui vient de faire valoir ses droits à la retraite, il a estimé que le changement d’hommes et le changement de style, avec un nouveau président et un nouveau directeur, ne constituent pas une rupture : « c’est un changement dans une certaine continuité », a-t-il observé.

Ouverture sur l‘extérieur

Plaçant son mandat sous le signe de l’ouverture vers l’extérieur, il s’est félicité des efforts produits en termes de communication. Notant que le nouveau directeur général, Bruno Tourre, a pris le taureau par les cornes, il s’est réjoui des nombreux rounds de visites et de réunions de découverte organisées à l’EID, en direction des principaux décideurs des collectivités financières et de l’État dans la grande région, ainsi que du monde universitaire et de la recherche (voir actu xxxxx).

Renforcement des coopérations

« La priorité va à ce qui est obligatoire, c’est logique », a-t-il insisté, rappelant que l’EID Méditerranée a été façonnée dès son origine, en termes de financements, d’organisation et de personnels, pour contrôler les moustiques nuisants issus des zones humides littorales, afin d’éviter qu’ils entrent au contact des populations agglomérées dans les centres urbains comme dans les villages et les sites touristiques. Or depuis quelques années, l’implantation progressive du « moustique tigre » parasite en partie le travail des agents de l’EID, en même temps qu’elle justifie un travail supplémentaire soutenu en matière de sensibilisation de publics cibles nombreux et divers. À cette fin, le président de l’EID-Med a plaidé pour un renforcement de l’implication des collectivités, en particulier des communes, dans la démarche de prévention, et pour un concours de l’État, via les ARS, à raison de l’objectif sanitaire concomitant à celui du confort.

Réseaux, Europe et qualité

Exprimant le souhait de voir les missions connexes de l’EID-Med renforcées, en particulier dans le secteur littoral et la gestion du trait de côte, domaines dans lesquels elle s’emploie depuis une trentaine d’années au service de collectivités demandeuses, Christophe Morgo a également fléché la présence de l’établissement public dans plusieurs réseaux scientifiques, techniques et institutionnels tels que l’ADEGE (agence nationale pour la démoustication), le CNEV (centre national d’expertise sur les vecteurs), l’EMCA (european mosquito control association) ou encore la SOVE (society for vector ecology). Évoquant la perspective d’une nouvelle candidature à un programme européen, en vue de parfaire les modes opératoires et la gestion de la raréfaction des insecticides homologués pour la démoustication, il a conclu sur la démarche qualité à laquelle sont attachés tous les services, qui s’activent à une amélioration continue des outils. Une démarche qui a valu à l’EID Méditerranée une triple certification « QSE » (Qualité - Sécurité - Environnement) pour l’ensemble de ses activités.

Consiel Général des Pyrénées OrientalesDépartement de l'HéraultConseil Général de l'AudeConseil Général du GardConseil Général des Bouches du RhôneConseil Général du VarLa Région Languedoc Rousillon