Actualités

06 Février 2017
Santé

Santé - L’EID-Med appelée au règlement

Le règlement sanitaire international (RSI) est issu d’un accord signé par tous les États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soit 196 pays dont la France, qui s’engagent ainsi à collaborer au profit de la sécurité sanitaire mondiale. Le RSI vise à empêcher la propagation internationale des maladies et à réagir par une action de santé publique proportionnée et limitée aux risques, en évitant de créer des entraves inutiles au trafic et au commerce internationaux. Son application s’étend à trois types d’équipements : les ports, les aéroports et les postes frontières.

Surveillance de plateformes

Concrètement, s’agissant de la France, trois arrêtés datant de 2013 définissent les critères servant à déterminer les points d’entrée du territoire concernés, la liste des ports et aérodromes ciblés et le contenu des plans d’intervention permettant d’y gérer d’éventuelles urgences sanitaires. Pour ce faire, une méthodologie a été fixée via un guide réalisé par le ministère de la Santé, incluant des programmes de lutte contre les vecteurs susceptibles de transporter un agent infectieux. C’est pour la mise en œuvre de ce protocole et à raison de l’extension du « moustique tigre » Aedes albopictus que l’EID Méditerranée a conventionné avec le Ministère (DGS) : outre la description de chaque plateforme et de son environnement, il s’agit d’identifier dans son emprise, jusqu’à 400 mètres autour des points d'entrée (aérogares, gares maritimes), d’éventuels gîtes larvaires, les espèces de moustiques vecteurs présentes (en particulier les espèces à risque en fonction des destinations desservies par l’équipement ainsi diagnostiqué), de dresser un bilan de vulnérabilité et, sur cette base, d’établir un programme de surveillance et d'action pour les années à venir.

Les « tigres » sont bien là

Ainsi, sur les 4 plateformes suivies  par l’EID Méditerranée en 2016 (et une de plus en 2017, cf encadré), un programme de lutte opérationnelle spécifique a été établi, incluant, d’une part, un suivi régulier des gîtes, permettant une mise à jour cartographique du site (gîtes larvaires principalement) et une réévaluation du risque, et, d’autre part, des traitements antilarvaires mensuels des gîtes non amovibles recensés. En cas d’observation d’un moustique vecteur allochtone (venu d’ailleurs) ou de prolifération importante d’Aedes albopictus dans les réseaux de surveillance, des opérations curatives (traitements larvicides complémentaires voire adulticides) sont proposées. Si, dans notre région, les échanges internationaux sont d’une envergure assez faible, des destinations à risque ont été cependant identifiées. Pour autant, aucune espèce exogène (telle qu’Aedes aegypti, par exemple) n’a été observée nulle part. Le programme se poursuit, bien sûr, en 2017.

Contrats et contacts

Au total, dans les 18 départements où les conseils départementaux ont conventionné avec l’EID Méditerranée pour la lutte antivectorielle (LAV), 20 structures sont concernées par l’application du RSI, toutes des ports et des aéroports (voir carte) :

  • 5 d’entre elles ont, pour ce faire, contracté avec l’EID-Med : aéroport de Montpellier-Méditerranée (34), aéroport de Béziers-Vias (34), aéroport de Marseille-Provence (13), port de Marseille (13), aéroport d’Avignon-Caumont (84).
  • 6 autres sont simplement en contact avec l’EID-Med : aéroport de Perpignan-Rivesaltes (66), aéroport de Carcassonne-Salvaza (66), aéroport de Nîmes-Garons (66), port de Toulon (66), aéroport de Biarritz (65), aéroport de Bergerac (24). Des devis leur ont été envoyés mais, malgré des relances, il n’y a pas eu de réponses.
  • les 9 autres ne se sont pas signalées auprès de l’EID-Med et ont pu solliciter un prestataire tiers.

 

 

Désinsectisation   

Complémentairement aux dispositions incluses dans le règlement sanitaire international / RSI, il est à noter que le contrôle de la désinsectisation des aéronefs, en application de l’article R. 3115-48 du code de la santé publique et de l’arrêté du 6 mai 2013 relatif aux zones en provenance desquelles les moyens de transport doivent être désinsectisés, s’applique en sus des programmes de surveillance. 

Consiel Général des Pyrénées OrientalesDépartement de l'HéraultConseil Général de l'AudeConseil Général du GardConseil Général des Bouches du RhôneConseil Général du VarLa Région Languedoc Rousillon