Actualités

17 Avril 2015
Opérationnel

Nuisances - Une réactivité saluée

Les agents EID d’Arles-Camargue ont constaté, à la veille du week-end pascal, des niveaux de gêne élevés dans l’agglomération de Salin-de-Giraud (commune d’Arles) ainsi qu’à et autour de Port-Saint-Louis-du-Rhône. Une situation que Julien Deleuze, le chef d’agence, a porté immédiatement à la connaissance des maires des deux communes concernées.

Facteurs néfastes et pluriels

Ces nuisances étaient dues à la conjonction de plusieurs facteurs très pénalisants. D’abord, des pluies fréquentes ont arrosé la Camargue depuis début mars, entraînant des éclosions intenses sur des surfaces très importantes. Un phénomène observé non seulement dans et autour des deux agglomérations mais aussi plus à l’ouest, hors du périmètre d’action de l’agence de l’EID. Le contrôle par moyens terrestres de tous les gîtes larvaires en éclosion, en zones urbaine et périurbaine, a été efficace, malgré un nombre croissant d’accès très difficiles à des propriétés privées (autre handicap récurrent).

Reste l’aérien, mais il y a le vent

Ensuite, l’environnement et la biodiversité remarquables du secteur imposent des mesures limitatives aux interventions (Parc naturel régional, SIC, Zones de protection de sécurité / ZPS, Natura 2000…). De ce fait, les périmètres de traitements doivent être « rationalisés » au plus juste et les interventions terrestres en milieux naturels sont proscrites ou, au mieux, très contraintes. Seul type de contrôle restant possible sur ces vastes espaces : les moyens aériens. Et là intervient un autre problème : le vent, qui, dans la période récente, a soufflé constamment, empêchant les aéronefs de manœuvrer.

Davantage de gîtes

De plus, le changement de gestionnaire d’une partie des anciens salins a suscité des modifications sensibles dans la gestion hydraulique de ces zones. Jusqu’alors peu prolixes en éclosions larvaires, en raison de l’exploitation salicole, elles retrouvent un fonctionnement naturel et... toute leur potentialité en production de moustiques. Enfin, les mêmes vents qui ont nui à la réalisation des traitements aériens ont provoqué des déplacements massifs de moustiques adultes, depuis les zones qui auraient dû être traitées comme depuis celles extérieures à l’« expérimentation Camargue », en direction  de Salin-de-Giraud... 

Remerciements de la mairie de Port-Saint-Louis

Frédéric Rougon, adjoint au maire de Port-Saint-Louis-du-Rhône (13), a envoyé un mail chaleureux de remerciements et de félicitations à Julien Deleuze, « pour la qualité de votre rapport, riche d'enseignement ». Disant au chef d’agence sa « reconnaissance d'avoir fait, avec l'ensemble de vos services et dans l'urgence, le nécessaire afin de créer les conditions pour limiter les nuisances », il a souhaité par ce message « mettre à l'honneur la mobilisation de l'ensemble des agents de l'EID, leur réactivité ainsi que leur efficacité ». C’est que lundi 9 avril, dès 6 heures du matin, un traitement a été exécuté dans la zone urbaine stricte de Port-Saint-Louis, qui a porté ses fruits.