Actualités

21 Mars 2016
Moustique tigre

« Moustiques tigres » - Chauve qui peut

Peut-on compter sur les chauves-souris pour lutter contre le « moustique tigre » ? Il a été lu dans la presse qu’une commune du sud-ouest de la France a installé une centaine d’abris à chauves-souris pour lutter contre le « moustique tigre ». Pour l’équipe entomologique de l’EID-Med, il ne faut pas s’attendre, sur ce moyen, à des miracles.

Pas la même altitude

D’abord, il faut savoir que les chauves-souris ne sont pas toutes insectivores. L’espèce la plus fréquente dans nos régions, en milieu urbain, est la « Pipistrelle commune », qui fait bien partie, elle, des insectivores. Elle sort en moyenne entre 5 et 35 minutes après le coucher du soleil et son vol se situe entre 2 et 10 mètres d’altitude : des caractéristiques qui font que le « moustique tigre » ne pourra…  jamais croiser son chemin ! En effet, la femelle « moustique tigre » pique en fin de journée (avant le coucher de soleil, donc) et évolue à hauteur d’Homme (à moins de 2 mètres, donc). En fait, la Pipistrelle consomme principalement des lépidoptères, qui constituent des proies plus grosses et grasses à capturer, et des chironomes, qui sont des insectes attirés par la lumière de l’éclairage et au vol malhabile les rendant vulnérables.

1 % de leur bol alimentaire

Selon Martin Tuttle, expert mondial en chauves-souris, les moustiques représentent environ 1 % de leur bol alimentaire. En Camargue, où les moustiques sont très nombreux, le bol alimentaire desdites chauves-souris contient en moyenne entre 3 et 10 % de diptères : un cocktail de chironomes, de mouches, de moustiques, etc. Sous couvert d’une expérimentation en laboratoire, il a été établi qu’une chauve-souris lâchée dans un insectarium à moustiques mange 10 moustiques par minute, soit 600 moustiques par heure et près de 5 000 en une nuit (d’une durée de 8 heures). Mais, comme l’indique le chercheur, cette expérimentation est biaisée puisque dans ce cas de laboratoire, la chauve-souris ne dispose que d’une seule source d’alimentation. Et puis son estomac a lui aussi ses limites !

www.moustiquetigre.org

« Truc » imparable, ou pas ?

Des citrons (verts, de préférence) plantés de clous de girofle, c’est le « truc » antimoustiques signalé par un de nos correspondants. Réaction de Christophe Lagneau, directeur R&D de l’EID-Med : à tester en conditions de laboratoire. Mais l’effet sera probablement marginal et il y a quelques doutes sur la fiabilité de la méthode comme protection individuelle. À ranger au rayon des recettes à base de géranium, de citronnelle et autres plantes répulsives. Si ça ne fait pas de bien, ça ne fait pas de mal…

 

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil départemental des Bouches du RhôneConseil Général du Var