Actualités

17 Avril 2015
Moustique tigre

« Moustique tigre » - Retour à la vie progressif

Le retour à l’activité du « moustique tigre » est très progressif, à partir des premières éclosions d’œufs, autour de la mi-mars. Ce n’est que vers fin avril / début mai qu’il commence à être actif, à l’état adulte. Et la gêne que provoque sa piqûre devient perceptible au fur et à mesure de son développement graduel. Sauf… si tout est fait pour le priver d’eau : vider, curer, ranger, couvrir supprimer, tels sont les gestes vertueux permettant d’éviter le « moustique tigre », pour soi et pour son voisinage immédiat.

Mi-mars : il « brise la coquille »

Comme constaté les années précédentes, le « printemps du ‘‘moustique tigre’’ » a débuté un peu avant la date officielle du démarrage de la saison printanière (le 20 mars), ses premières éclosions de l’année se produisant généralement dans la première quinzaine du mois. 2015 n’a pas dérogé à la règle puisqu’avec une température moyenne supérieure à 10°C durant les quinze premiers jours de mars et un apport conséquent en eau de pluie au cours du week-end de la mi-mars, tous les indicateurs météo se sont mis au « vert », si on peut dire, pour que le « moustique tigre » commence doucement à sortir la tête de son œuf sur l’ensemble du bassin méditerranéen. Nul besoin de se précipiter, cependant, à cette période commençante : c’est quelques paires de semaines plus tard (autour de la fin avril), lorsque toutes les larves seront écloses, que les comportements préventifs devront être mis en œuvre.

Mi-avril : il revient progressivement à lui  

Ainsi, la première femelle de « moustique tigre » (Aedes albopictus) de la saison a émergé le 10 avril dernier, au laboratoire de confinement de l’EID Méditerranée, après avoir été prélevée sur le terrain, à Montpellier, la veille. Mais restons calmes, il s’agit d’un « outsider », qui a eu le privilège d’un développement accéléré dans les conditions semi-tropicales d’une serre, chez un particulier. La majeure partie de la population de « moustiques tigres » se développe, elle, dans des gîtes en extérieur et se trouve actuellement à divers stades larvaires (de 1 à 3), conformément aux prévisions. C’est donc le bon moment pour faire en sorte d’« être sec », en quelque sorte.

www.albopictuslr.org

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil Général des Bouches du RhôneConseil Général du Var