Le moustique-tigre Aedes albopictus renaît de ses cendres depuis fin avril / début mai. Il est sorti de sa « diapause » (hivernation) qui, chez cette espèce, se produit à l’état d’œuf. Ainsi, est-il devenu actif et le processus d’éclosion a-t-il repris progressivement. Les pluies et mises en eau naturelles récentes peuvent jouer sur sa présence et son activité, quelque peu à la hausse par rapport à l’an dernier. Et sa progression géographique, bien que mesurée, se poursuit, de nouvelles communes étant concernées.

Privons-le d’eau !

Le moment est donc venu de s’installer dans la prévention concrète, principalement en évitant les situations favorables à sa prolifération. Tout tourne autour des eaux domestiques (le moustique-tigre est un moustique urbain), propres comme sales, car c’est la mise en eau des œufs qui provoque les éclosions. Donc il faut priver d’eau les œufs de « moustique tigre ». Pas d’eau, pas d’éclosion, pas de moustique… tigre. Les gestes appropriés, simples et pratiques : vider, couvrir, curer, ranger, jeter… doivent être accomplis individuellement et collectivement, afin d’éviter de subir les moustiques du voisinage. Faisons équipe avant qu'il pique !

            

www.moustiquetigre.org

Médiaplanning

Comme l’an dernier, pour sensibiliser et motiver les particuliers, l’EID-Med a effectué une semaine de « médiaplanning », sous la forme d’une annonce-presse composée du message de sa campagne de communication et d’une check-list des gîtes larvaires potentiels à contrôler préventivement chez soi, dans les principaux médias diffusés dans sa zone d’action : écrits (presse quotidienne et hebdomadaire), audiovisuels publics, web médias.