Actualités

14 Mai 2018
Communication

Moustique-tigre - Non, il n’y a pas d’« alerte rouge » !

L’EID Méditerranée et d’autres opérateurs publics de démoustication (EID Atlantique, EID Rhône-Alpes, syndicat LM 67) chargés du contrôle de la nuisance et de la lutte antivectorielle ont été sollicités par la presse, par des collectivités et par des particuliers, suite à une communication abondante de la société privée « Vigilance Moustiques », liée à une entreprise fabriquant et commercialisant des produits répulsifs et autres, qui affecte à divers territoires des niveaux dits de « vigilance » : jaune, orange, rouge…, souvent traduits par les médias en « Alerte rouge », censés manifester une présence de moustiques, dont on ne sait de quelles espèces il s’agit exactement.
 
En effet, l’évocation du paramètre météo (la chaleur précoce de fin avril) a entretenu une confusion entre moustiques de zones humides et moustiques urbains, tels que le moustique-tigre, laissant toutefois entendre que c’est ce dernier qui aurait provoqué des nuisances conséquentes. Or en avril, le moustique-tigre, exclusivement urbain et qui hiberne sous la forme d’œufs, ne fait que commencer à se réactiver, si bien que fin avril et début mai, ses populations sont peu denses et le ressenti de sa nuisance encore faible (voir actu suivante).
 
 
 
Inquiétude indue
Ensuite, ces expressions assénées comme des formules normatives – « vigilance ou alerte orange »« vigilance ou alerte rouge » – ne correspondent à aucune terminologie scientifique et officielle : elles sont manifestement diffusées à dessein d’interpeller et peuvent inquiéter indûment. S’agissant du moustique tigre (Aedes albopictus), le plus souvent associé à ces classifications, il existe le « Plan national antidissémination du chikungunya, de la dengue et du zika », mis en place par le ministère de la Santé dès 2006, s’appuyant sur les enquêtes entomologiques effectuées par les organismes
publics compétents de démoustication. Ce plan fixe 
plusieurs niveaux affectés aux départements, parmi
lesquels : 
  • un niveau 0 : moustique-tigre ni présent ni observé.
  • un niveau 0b : interception ponctuelle du moustique-tigre, dont l’installation a pu être évitée.
  • un niveau 1 : moustique-tigre présent et actif. 
À ce jour, 42 départements sont classés en niveau 1. Le moustique-tigre y est installé dans des proportions très diverses selon les territoires : parfois dans la quasi-totalité du département, parfois dans quelques communes seulement (voir cartes sur les sites du Ministère et de l’EID-Med). 
 
Moustique ǂ de maladie
Il faut savoir que la présence de ce moustique ne signifie pas la présence de maladies qu’il peut véhiculer, d’autant que la dengue, le chikungunya et le zika ne sont pas présents de façon endémique en France métropolitaine. Il n’y a donc aucune raison objective, à ce stade, de parler d’« alerte ». Plutôt que se référer à un organisme « indépendant » (de qui, de quoi ?), il est préférable d’orienter le public vers les sites officiels suivants :
Ministère de la Santé (et ceux des ARS).
• EID Méditerranée : www.moustiquetigre.org
• Pour le signalement de moustiques suspectés d’être des « tigres » : www.signalement-moustique.fr

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil départemental des Bouches du RhôneConseil Général du Var