Actualités

22 Mars 2019
Moustique tigre

Moustique-tigre - En diapause encore quelques temps

Avec les températures printanières voire quasi-estivales de fin février, puis en ce début de printemps, la question du « réveil » du moustique-tigre est souvent posée. Certains médias ont sollicité la direction de la communication dans ce sens, et quelques particuliers commencent déjà à voir des moustiques-tigres un peu partout… Or le moustique-tigre est encore en « diapause » (ou hibernation) et, de toute façon, la reprise de son cycle ne se fait que de façon très progressive.

D’abord, la photopériode

Donc Aedes albopictus (le moustique- tigre) effectue une diapause (ou hibernation), au niveau de ses œufs, à partir de l’automne et jusque dans le courant du printemps. Ce n’est bien sûr pas à date et heure fixes, et l’entrée en diapause, comme sa sortie, est un phénomène graduel et progressif. Au moment où sont écrites ces lignes, le moustique-tigre est toujours en diapause. C’est que les conditions de températures ne sont pas le seul paramètre à entrer en compte dans son réveil. La photopériode (rapport entre la durée du jour et la durée de la nuit) joue un rôle essentiel : dans nos régions tempérées, elle est le facteur limitant la levée de diapause.

Pas avant avril

Ainsi, depuis que le moustique-tigre a commencé son installation sur le territoire métropolitain français, en 2004, les toutes premières (et rares) larves n'ont pas été observées, pour les cas les plus prématurés, avant la dernière dizaine de mars. En situation habituelle, c’est à partir de courant avril. Et le temps que ses populations adultes se densifient, le moustique-tigre commence à être perceptible courant mai, pour être vraiment gênant à partir de juin. Tout porte à croire, donc, que la durée du jour avant cette période reste déterminante dans la levée de diapause. Comme dit plus haut, le phénomène est, ensuite, progressif.

Exceptions éparses

Quant aux populations de « tigres » non diapausantes qui pourraient avoir survécu (en serre, par exemple), les températures douces récentes pourraient générer chez elles un regain d'activité, mais celles-ci sont trop rares et éparses pour les considérer autrement que comme des exceptions locales.
www.moustiquetigre.org

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil départemental des Bouches du RhôneConseil Général du Var