Actualités

21 Juillet 2014
Opérationnel

Mode opératoire des traitements de lutte antivectorielle (LAV)

À l’occasion de deux réunions organisées à l’intention des communes par la préfecture et le conseil général des Pyrénées-Orientales, les 15 et 16 juillet, à Perpignan et Argelès-sur-Mer (P-O), l’EID Méditerranée a produit un nouveau support, sous la forme d’un fascicule d’une trentaine de pages, présentant le détail des 4 phases d’un traitement de lutte antivectorielle / LAV (préparation de l’enquête entomologique puis réalisation, préparation du traitement puis traitement, ainsi que des réponses aux questions le plus fréquemment entendues. 

Traitement sur un périmètre réduit 

Ces traitements sont effectués sur demande de l’agence régionale de santé (ARS) et du conseil général, lorsqu’une personne, de retour d’une région infestée, présente des symptômes laissant suspecter la contraction du chikungunya ou de la dengue et qu’elle se trouve au contact, en métropole, du « moustique tigre » Aedes albopictus. Ce traitement vise le moustique à l’état adulte, dans un rayon de 150 mètres environ (capacité de dispersion dudit moustique) du lieu où séjourne (ou a séjourné) la personne virémique. En outre, le fascicule décline une quarantaine de questions / réponses, issues des interrogations, inquiétudes ou confusions souvent relevées par les riverains, dans ce cas de figure. Un lexique conclut l'ouvrage, pour expliciter quelques mots et expressions techniques.

Fascicule "Mode opératoire traitement de LAV"

www.albopictusLR.org