Actualités

02 Juillet 2018
Littoral

Littoral - Nouvelle orientation stratégique

Voilà plus de trente ans que, sous des appellations diverses, un pôle Littoral existe au sein de l’EID Méditerranée. On pourrait même remonter aux origines de l’établissement, au début des années 1960, et à la mise en œuvre de la fameuse Mission Racine (voir article), époque à laquelle des travaux physiques étaient préconisés et réalisés par l’EID-Med, pour éviter des rétentions d’eau. 

Dunes contre moustiques

C’est à cette époque qu’ont été effectués, sur le site des Orpellières, à Sérignan-plage (34), les premiers travaux de reconstitution de cordons dunaires selon la technologie des ganivelles (voir ci-dessous), en lien avec un organisme de recherche disparu depuis lors : l’IARE (institut des aménagements régionaux et de l’environnement). En quatre décennies, les dispositifs de ce type se sont multipliés le long du littoral languedocien, à la diligence de nombreuses collectivités (Région, Départements, intercos). Pour l’EID-Med, la légitimité de son implication dans cette démarche résidait (et réside toujours) dans le maintien ou le rétablissement de ces barrières sableuses qui, en tampon entre le linéaire côtier et les zones humides bordant les étangs, évitent que des entrées marines, même de faible envergure, pénètrent en amont et viennent mettre en submersion les œufs qu’y ont pondu les femelles d’Aedes caspius et detritus.

Trois axes

Dans la période plus récente, le pôle Littoral de l’EID-Med a raffermi son organisation, articulant ses activités autour de trois grands axes :

  • des travaux et de la maîtrise d’œuvre (incluant diagnostic, préconisations de gestion, plans d’aménagement et installation d’ouvrages).
  • des suivis (mesures topo-bathymétriques, dynamique sédimentaire, modélisations 3D, préconisations de gestion et conseils aux communes).
  • une ingénierie au service de projets conduits par des collectivités ou des services de l’État.

Et à l’international, aussi.

Davantage de conseil

Aujourd’hui, les collectivités s’investissent davantage dans la réalisation d’ouvrages : des chantiers très mobilisateurs en moyens et ressources, à l’échelle de l’EID. Aussi, la nouvelle stratégie du pôle Littoral, exposée récemment devant le conseil d’administration par son coordonnateur, Hugues Heurtefeux, et avalisée par les élus, vise-t-elle à positionner l’établissement comme conseil, accompagnateur et encadrant, en ciblant préférentiellement des études et des travaux à haute valeur ajoutée. Cela signifie cesser, à terme, les gros chantiers « classiques » et modéliser des suivis de type nouveau, en appui sur des technologies récentes dont l’essai a été concluant. À titre d’exemple, on peut citer plus d’implications en termes de maîtrise d’œuvre, des suivis photogrammétriques, des actions de formation d’agents territoriaux, la réalisation de travaux innovants. Le nombre des agents dédiés sera maintenu au niveau actuel, avec la recherche d’une évolution des compétences de l’équipe. Cette réorientation se veut stable dans le temps : ainsi une phase de trois ans (2018 - 2020) est-elle programmée, à l’issue de laquelle une évaluation sera faite. Les objectifs généraux sont clairement avancés : contribuer à une bonne visibilité du service et à une image environnementale, donc positive, de l’EID-Med.

Ganivelle

Une ganivelle est une clôture formée par l'assemblage de lattes de bois, habituellement du châtaignier calibré en 45 mm de large, 13 d'épaisseur. Les lattes sont verticales, séparées les unes des autres par un espace dont la largeur détermine la perméabilité de la barrière, et assemblées par des tours de fils de fer galvanisé. Objectif : piéger le sable transporté par le vent et reconstituer progressivement les cordons dunaires.

 
 

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil départemental des Bouches du RhôneConseil Général du Var