Actualités

05 Mai 2014
EID Méditerranée

L'herbier de l'EID-Med en voie de numérisation

Après avoir procédé à un inventaire des herbiers français, fin 2008, le Museum national d’Histoire naturelle a sollicité l’EID Méditerranée pour participer au projet « E-Recolnat » (http://recolnat.org), portant, cette fois, sur leur numérisation. Un projet dont le déroulement court jusqu’en 2019. C’est une excellente façon de se rappeler (ou de découvrir) que l’EID-Med dispose d’un herbier remarquable, entamé depuis plusieurs décennies et poursuivi, dans le cadre de ses activités environnementales (voir ci-dessous). Ainsi, par le truchement de ce projet, cet herbier pourra être non seulement valorisé mais aussi rendu beaucoup plus (et mieux) accessible, grâce à des consultations via un support numérique.

Plateforme informatique

En sus, en contrepartie de cette collaboration, une visibilité de l’établissement sera garantie par sa mention sur chacune des images ou données qu’il aura confiées. Un lien sera également proposé avec son site internet et une présentation d’une page sera faite sur le site internet du projet. L’objectif de cette démarche consiste à réunir l’ensemble des données des collections françaises d’histoire naturelle sur une même plateforme informatique, au service de la recherche et de l'expertise sur la biodiversité. Les données « Recolnat » seront intégrées dans les programmes nationaux français, comme ceux de l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), et mis à disposition au niveau international via le GBIF-France (Global biodiversity information facility).                  

Une histoire déjà ancienne

L’EID Méditerranée a constitué, dès 1965, un herbier des zones humides littorales. Il est composé d’environ 1 800 planches, 1 100 d’entre elles datant de 1965 à 1978. Les échantillons sont généralement assez bien conservés mais… restent fragiles. Cet herbier a servi de support à la thèse d’André Gabinaud, un ancien de la direction technique de l’EID-Med : « Écologie de deux Aedes halophiles du littoral méditerranéen français, Aedes (Ochlerotatus) caspius, Ae. (O.) detritus. Utilisation de la végétation comme indicateur biotique pour l'établissement d'une carte écologique », publiée en 1975. Ce sont ces connaissances qui ont permis d’élaborer la typologie de la cartographie des « niveaux écologiques » et, ainsi, de constituer l’outil cartographique toujours utilisé aujourd’hui sur la zone d’action de l’EID Méditerranée.