Actualités

05 Mai 2014
EID Méditerranée

Environnement - Bilans et suivis très satisfaisants

Comme chaque année, les réunions de bilans à l’attention des agences opérationnelles de l’EID-Med, concernant conjointement le dispositif de suivi écologique et environnemental (SEE) et la problématique « albopictus » (moustique tigre), se sont déroulées dans les dernières semaines. Trois réunions ont été organisées : le 26 mars, à Arles, pour les agences EID d’Arles-Camargue et de Saint-Chamas ; le 28 mars, à Fréjorgues, pour les agences de Montcalm et de Montpellier ; le 3 avril, à Narbonne, pour les autres agences (Sauvian, Narbonne et Canet).

Moment privilégié

Ces bilans ont été l’occasion, pour Benoît Francés et Albane Marie (direction technique de l’EID-Med, en charge du dossier), de restituer aux agents concernés les résultats des différents suivis effectués au cours de 2013, dans le cadre du dispositif environnemental : suivi des moustiques adultes (pièges à CO2), suivi de la sensibilité larvaire, suivi de la faune non cible. Autant de réunions qui constituent un moment privilégié d’échanges et de discussions, en appui sur la présentation des résultats.

Bilan et perspectives

Le bilan de l’année 2013 donne satisfaction de manière globale, avec un dispositif de suivi en mode de routine, désormais bien entré dans les « mœurs opérationnelles ». Les perspectives pour 2014 sont multiples, avec, en premier lieu, la volonté de faire évoluer le dispositif de suivi de la faune non cible (invertébrés aquatiques autres que les larves de culicidés, qui ne sont pas « ciblés » par les actions de démoustication). En effet, sur la base des résultats du projet européen « IMCM / LIFE+ » (www.lifeplusmoustique.eu), et, plus particulièrement, de l’étude relative aux effets non intentionnels des traitements antilarvaires sur les communautés d’invertébrés aquatiques, réalisée par l’INRA de Rennes, un certain nombre d’améliorations vont être apportées au protocole actuel.

Nouvelle application

Enfin, concernant la problématique des études d’incidences « Natura 2000 », le dispositif engagé à l’échelle de la zone d’action de l’EID-Med depuis plusieurs exercices se poursuit cette année encore, avec le lancement d’une étude globale sur l’ensemble des sites « Natura 2000 » concernés par les activités de démoustication en Languedoc-Roussillon. Enfin, 2014 sera l’occasion, pour les agents de l’EID-Med, d’utiliser une nouvelle application de veille entomologique, dans le cadre du suivi des moustiques adultes (suivi faune cible), qui constituera désormais le nouvel outil de saisie des données de piégeage.

Surveillance entomo 2013

En parallèle à ces bilans SEE, un autre bilan, concernant la surveillance entomologique 2013 d’Aedes albopictus (moustique tigre), a été fait :

* CÔTÉ BILAN, donc, Aedes albopictus a continué sa progression géographique, en 2013, dans les régions PACA et L-R : ce sont, respectivement, 89 % et 43 % de la population de ces régions qui résident en zone colonisée. Au niveau de la surveillance épidémiologique, cas suspects ont été importés (125 en PACA et 58 en L-R) et ont été signalés, donnant lieu à 44 traitements de lutte antivectorielle (LAV).

* CÔTÉ AVENIR, la surveillance entomologique a débuté en ce mois d’avril 2014, soit pour suivre l’expansion géographique de l’espèce dans les départements encore « faiblement » colonisés, soit pour récolter un maximum de donnée sur Aedes albopictus (aspects temporels et spatiaux) via des réseaux denses, ciblés sur quelques grandes villes.

* CÔTÉ NOUVEAUTÉ, des  problématiques issues du Règlement sanitaire international (RSI) doivent être prises en compte à partir de 2014, parmi lesquelles figure la surveillance de certains ports et aéroports. Les tenants et aboutissants de cette surveillance seront discutés dans les semaines qui viennent, consécutivement à la signature des arrêté préfectoraux « LAV ».

Les agents, eux, sont sur le qui-vive puisque la surveillance épidémiologique sera activée par l’ARS dès le 1er mai.