Actualités

18 Septembre 2015
Chikungunya / Dengue

Dengue - Quelques cas autochtones gardois

Les affaires ont repris tôt dans la saison. Ainsi, deux cas de dengue autochtones (voir encadré ci-dessous) ont été confirmés dans le Gard un peu après la mi-août (l’an dernier, les douze cas de chikungunya autochtones montpelliérains avaient été observés fin septembre). Ces cas correspondent à un seul et même foyer, ce qui a valu au Gard de n’être classé, dans un premier temps, qu’en niveau 2 du plan national antidissémination du chik et de la dengue (qui en compte 6).

Nombreux déplacements

Les deux personnes atteintes, résidant à Nîmes, se sont déplacées dans plusieurs endroits, durant leur virémie, à la fin de la première quinzaine d’août : dans le Gard, dans les Bouches-du-Rhône et dans l’Hérault (*). Durant la période où ces cas n’étaient que « suspects », après un diagnostic médical post-hospitalisation (de courte durée) des deux protagonistes et en l’attente des résultats des analyses sérologiques, des traitements de lutte antivectorielle (LAV) ont été conduits par l’EID Méditerranée, sur signalement de l’ARS (agence régionale de santé) et à la demande du conseil départemental du Gard, en charge de cette lutte.

Moins de dix cas au total

Le cas index a été identifié par l'ARS : venu d'outre-mer, il est situé à 800 mètres à peine du domicile des deux personnes contaminées sur place par des "moustiques tigres" du cru. Les enquêtes entomologiques, effectuées sur site par des binômes ARS / EID-Med, ont permis de cerner quelques cas supplémentaires, finalement avérés ou simplement suspects, pas très loin de là. Ainsi, 5 cas autochtones ont été confirmés, suivis de deux autres, dans la seconde semaine de septembre, toujours dans la proximité des premiers, et encore un la semaine dernière. Pour autant, même si le classement du Gard est passé en niveau 3 du plan national antidissémination de la dengue, on ne peut pas parler d’une séquence épidémique prégnante, loin de là. Toutes les personnes concernées sont complètement guéries.

22 traitements

Côté traitements, pas moins de 22 interventions de lutte antivectorielle (LAV) ont été opérées par les équipes de l’EID-Med (agence de Montcalm), destinées à casser une possible chaîne de transmission de la maladie par des « moustiques tigres » présents sur place, dont la durée de vie est environ de trois semaines. Onze de ces interventions ont eu lieu juste après les premiers signalements, entre les 18 et 22 août. Onze autres sont intervenues ensuite, au fur et à mesure de l’identification des quelques cas supplémentaires. Au total, treize opérations ont eu lieu à Nîmes, les neuf autres se répartissant entre le Gard, les Bouches-du-Rhône et l’Hérault, en fonction des déplacements des malades au moment de leur virémie. La situation ne devrait plus beaucoup évoluer désormais.

(*) L’anonymat requis au bénéfice des personnes ayant contracté la maladie nous oblige, dans la relation des faits, à ne pas être précis à propos de leurs lieux de séjour.

Autochtone ou importé

Un cas « autochtone » décrit une personne atteinte par un virus transmis sur son lieu de résidence par un moustique vecteur local, par différence avec un cas « importé », qui décrit une personne revenant d’une région du monde où se trouve le virus, qui l’a contracté là-bas et qui revient ainsi contaminée dans son pays et son lieu habituel de résidence. C’est justement le retour au bercail de personnes contaminées sous les tropiques qui pose problème : si se trouvent présents chez elles, à leur retour, des « moustiques tigres », vecteurs potentiels, ceux-ci peuvent se contaminer en les piquant puis transmettre le virus en piquant à leur tour des personnes saines de leur entourage. Un cercle vicieux… C’est donc ce cercle qu’il s’agit de briser, en exécutant un traitement insecticide qui élimine le moustique vecteur, avant qu’il se contamine ou qu’il contamine quelqu’un. CQFD. Des interventions qui, partout où elles ont eu à être réalisées, depuis l’apparition en France métropolitaine du « moustique tigre », ont été très efficaces.

www.moustiquetigre.org