Actualités

08 Septembre 2014
Moustique tigre

Communication préventive 2

Le « moustique tigre » Aedes albopictus est devenu l’un des principaux sujets de préoccupation des opérateurs de démoustication et de leurs collectivités de tutelle. L’un des moyens de lutte privilégiés est la communication préventive, afin d’obtenir une participation vertueuse des populations concernées, en matière de gestion des eaux stagnantes domestiques. La première coopération dans ce domaine, avec le conseil général des Alpes-Maritimes, département atteint en premier dans l’hexagone, voici maintenant dix ans, date de 2007. C’est depuis cette année-là que la ligne et les supports de communication en vigueur ont été conçus. Ils ont été actualisés il y a deux ans mais ils deviennent désormais quelque peu usés. L’extension du « moustique tigre » au sein de 18 départements métropolitains, dont dix suivis par l’EID-Med et six ou sept par l’EID Rhône-Alpes, conduit à remettre à plat stratégie, messages et supports via un appel d’offres publiable d’ici début novembre. Pour d’évidentes raisons de cohérence et d’économies d’échelle, cette démarche devrait être portée de concert par les EID-Med et Rhône-Alpes, ainsi que par le conseil général de la Corse-du-Sud. Une initiative légitimée par le fait qu’albopictus, avant d’être un vecteur potentiel, est de façon permanente un gros nuisant. L’assiette des partenariats pourra être élargie géographiquement et institutionnellement, sur le moyen terme, en fonction de l’évolution progressive de l’installation du moustique.