Actualités

03 Décembre 2019
EID Méditerranée

Anniversaire - L’EID Méditerranée a 60 ans !

Ce n’est pas tous les jours qu’on a 60 ans ! L’EID Méditerranée est l’un des plus anciens organismes publics en activité dans la région, positionné sur une mission pérenne. Car « démoustiquer » n’est pas éradiquer mais contrôler, limiter, réduire. Et encore exclusivement auprès d’espèces nuisantes pour l’Homme, c’est-à-dire pouvant le piquer et se déplacer sur des distances assez grandes pour l’atteindre. Soit principalement deux espèces issues des zones humides littorales et rétro-littorales. C’est le caractère sélectif de cette lutte, toujours indispensable à la qualité de vie, ainsi qu’au développement d’activités de toutes sortes dans les secteurs protégés, qu’il s’est agi de rappeler lors de deux événements anniversaires, l’un auprès des agents de l’EID, le 17 octobre, l’autre auprès de partenaires institutionnels, universitaires, scientifiques, techniques, qui ont largement répondu présent le 26 novembre dernier.

Expos et souvenirs

Le vaste espace attenant l’amphithéâtre où s’est déroulée l’officialité, qui a accueilli le moment de convivialité, a été « peuplé » d’un ensemble varié d’expositions : présentation de l’EID-Med, prévention du moustique-tigre, murs d’images « entomo » et « littoral », photos anciennes, posters scientifiques, « musée » d’appareils et objets de laboratoire, vidéos en boucle sur grands écrans, près des murs d’images, préfigurant un futur dispositif interactif.    

Large panel de puissances publiques

L’objectif était d’accueillir un panel aussi large que possible de représentants de puissances publiques territoriales et de l’État. Objectif rempli, avec beaucoup de directeurs d’administrations départementales, régionales et de l’État, de services de collectivités, de chambres consulaires, d’instituts de recherche et de laboratoires universitaires. Sans oublier les délégations fournies de tous les établissements et services de démoustication membres de l’ADEGE (agence nationale pour la démoustication). Après la diffusion du film « 60 ans d’actions et de lutte contre les moustiques », qui a ouvert la manifestation, ont pris la parole, tour à tour, le président de l’EID-Med, Christophe Morgo, Kléber Mesquida, président du conseil départemental de l’Hérault, au nom des présidents des Départements membres de l’EID-Med, Christian Assaf, conseiller régional d’Occitanie, représentant la présidente Carole Delga, et le préfet de l’Hérault, Jacques Witkowski, avec lesquels voisinaient notamment Séverine Mateille, conseillère départementale de l’Aude, représentant le président du CD 11, Bruno Tourre, DG de l’EID-Med, les élus de l’ADEGE et l’ancien président de l’EID Méditerranée, Christian Jean.

La « saga » de l’EID-Med

Après avoir rappelé la demi-douzaine de manifestations thématisées « moustique » organisées dans la même semaine à Montpellier (*), Christophe Morgo a mis ce riche programme en regard avec la profusion d’entomologistes dans la capitale héraultaise, « la plus grande concentration en France voire en Europe ». Rebondissant sur le film « EID », il a insisté sur la très grande sélectivité des traitements larvaires au biocide Bti, adressés à deux espèces (Aedes caspius et Aedes detritus), principalement, et dont il a vulgarisé le mode opératoire. Non sans préciser que « des milliards de moustiques d’autres espèces ne sont jamais concernés ». Puis il a campé le contexte régional d’avant les années 60, avec la création de l’EID-Med dès 1959, 4 ans avant la Mission Racine, dont les plus jeunes n’ont pas idée ou que, le temps passant, on a un peu perdu de vue.

Jacobins et Girondins

« La matrice de sa stratégie est dans les gènes de l’EID-Med depuis ses débuts », a-t-il martelé, soulignant en particulier la vision de Jean Bène, président du Département de l’Hérault entre 1945 et 1979, « qui fut le moteur initial de cette démarche et le porteur politique, institutionnel, du concept de la lutte intégrée », ainsi que le management de la Mission interministérielle pour l’aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon par Pierre Racine, qui en fut le principal concepteur et l’unique président de 1963 à 1982. « Ce fut la rencontre de l’État gaullien et des élus locaux de l’époque. Le premier, réputé jacobin et centralisateur, s’entendit plutôt bien avec les seconds, réputés girondins et décentralisateurs. L’EID et la Mission étaient donc faits pour se rencontrer : ce fut fait et bien fait ! », a- t-il insisté. À tel point que jusqu’en 1982, la démoustication fut co-financée par l’État dans le cadre de la Mission Racine, dont elle fut même longtemps le second poste budgétaire. Depuis lors, ce sont les collectivités territoriales (6 aujourd’hui : CD 66, 11, 34, 30, 13, Région Occitanie) qui en ont la totalité de la charge.

(*) AG de l’ADEGE (agence nationale pour la démoustication) le 25 novembre matin ; conseil scientifique de l’ADEGE le 25 novembre après-midi ; journée nationale de mutualisation des outils et dispositifs de sensibilisation au moustique-tigre le 26 novembre (organisée par le GRAINE Occitanie, en appui sur l’ARS Occitanie et l’EID Méditerranée) ; 60ème anniversaire de l’EID-Med le 26 novembre soir ; journées d’animation scientifique sur les innovations, la surveillance et le contrôle des vecteurs et ravageurs les 27 et 28 novembre, organisées par le Vectopole sud et l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil départemental des Bouches du RhôneConseil Général du Var