Actualités

02 Juillet 2018
EID Méditerranée

Aménagement - La Mission a pris racine

On entend beaucoup parler de la Mission Racine (*). En effet, le 18 juin a été le 55ème anniversaire de sa création. Le choix du jour atteste l’implication dans ce processus du président de la République de l’époque, un certain... général de Gaulle. 55, ce n’est certes pas un chiffre rond (que fera-t-on pour le 60ème anniversaire ?), mais le cinquantenaire de la création de La Grande-Motte, la plus symbolique des 8 stations balnéaires construites dans le cadre de cette démarche « pharaonique », qui tombe en 2018, n’est probablement pas étranger à ce coup de projecteur particulier.

L’EID prend la parole

L’EID-Med a souhaité prendre la parole, via un « hors-série » que publie le quotidien Midi Libre ce 6 juillet, sur le projet touristique et urbanistique lié à la Mission Racine. Il s’agit de souligner l’importance qu’a revêtu la démoustication, dès le départ, dans cet imposant projet d’aménagement. Dans un livre-mémoires (« Mission impossible ? »), paru en 1980, Pierre Racine, l’incontournable président de cette formidable entreprise, a consacré une quinzaine de pages à l’EID Méditerranée et à la démoustication. Il souligne l’initiative éclairée des élus départementaux de l’époque, en particulier Jean Bène, président du conseil général de l’Hérault à la Libération, d’avoir créé un dispositif opérationnel reposant sur la solidarité territoriale. Jean Bène a été président de l’EID Méditerranée de 1961 à 1979.

Un pilier de la mission

Il évoque aussi, en termes élogieux, le rôle du professeur Jean-Antoine Rioux et du Docteur Jean Cousserans, qui ont dirigé l’EID-Med dans les premiers temps de son existence, dans la conception et la mise en œuvre d’un processus technique basé sur une connaissance très fine des milieux (la fameuse carte phytoécologique) et sur le principe de la « lutte intégrée », très original à l’époque et qui a essaimé en France et dans le monde. Il rappelle, enfin, que même si ce domaine n’est pas dans sa sphère intime de compétences, il a accepté de présider le premier conseil scientifique de l’EID, créé par décret auprès de la Mission, jusqu’en 1983. Retraçant poste par poste le budget de la Mission entre 1964 et 1980, Pierre Racine a montré que la démoustication en était, à hauteur de 12 %, le second poste de dépenses (sur onze), certes après le réseau routier, mais avant les ports et les aéroports, les remblaiements ou l’approvisionnement en eau. Les plus anciens agents encore en activité l’ont croisé au siège de l’EID Méditerranée, dont on peut dire sans exagérer qu’elle a été un pilier de la Mission Racine.

La Mission Racine

Créée le 18 juin 1963 par l'État, sous la présidence de Charles de Gaulle, le rôle de la mission interministérielle d'aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon a été d'aménager le littoral des départements côtiers du Languedoc-Roussillon via, notamment, de grands travaux d'infrastructure. Elle a eu, jusqu'à sa cessation, en 1983, pour unique président Pierre Racine, qui lui a donné son nom. Conseiller d'État, directeur de cabinet du premier Ministre Debré, de 1959 à 1962, il fut aussi, de 1969 à 1975, directeur de l'ENA (école nationale d'administration), dont il a été l'un des fondateurs en 1946. Ardent promoteur de la démoustication, il en a fait le préalable à tout aménagement, confortant l'EID Méditerranée, créée dès 1958 par les élus des Départements de l'Hérault, du Gard et des Bouches-du-Rhône, et y faisant adhérer les Départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Pierre Racine est décédé en 2011, à l’âge de 102 ans.

 

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil départemental des Bouches du RhôneConseil Général du Var