Expertise gestion des risques

Expertise dans le domaine de la gestion des risques et des stratégies d’adaptation

Le risque résulte du croisement d’un aléa et d’un enjeu. Le développement des enjeux humains sur le littoral nécessite la définition d’outils d’adaptation aux risques côtiers. L’équipe littorale de l’EID Méditerranée intervient dans ces stratégies d’adaptation à plusieurs niveaux :

contenu replié
Définition de la vulnérabilité des enjeux à l’érosion et aux différents types d’inondations, dont la submersion marine

La vulnérabilité exprime et mesure le niveau de conséquences prévisibles de l’aléa sur les enjeux. Connaître la vulnérabilité d’un territoire est un élément nécessaire à la gestion pour les décideurs locaux. Dans ce cadre, l’équipe littorale de l’EID Méditerranée a développé une méthode permettant d’identifier les secteurs sur lesquels sont localisés les enjeux les plus vulnérables.

Cette méthode étant appliquée sur des espaces étendus, de plusieurs dizaines de kilomètres de linéaire côtier, elle est réalisée au moyen d’outils SIG (Système d’Information Géographique). En accord avec le commanditaire, les types d’aléa et l’horizon temporel à prendre en compte sont définis. Les aléas érosion et submersion marine sont en effet classiquement étudiés, mais il apparaît pertinent dans certaines conditions d’y ajouter d’autres aléas tels que les crues ou l’élévation des lagunes. De la même façon, le choix de l’horizon temporel va avoir une influence sur la définition de l’aléa, et notamment du fait de l’élévation du niveau marin. A partir de ces informations, des zonages de niveaux d’aléas vont pouvoir être générés sur le littoral.

La seconde étape consiste en l’identification de l’ensemble des enjeux sur la zone d’étude. Les enjeux sont classés en thématiques: enjeux de santé humaine, enjeux économiques et enjeux liés à l’environnement, qui correspondent aux éléments faisant référence dans les analyses faites par les services de l’Etat. On y trouve notamment les habitations, les établissements recevant du public, les réseaux de transport et les installations classées. Les localisations de ces différents enjeux sont ensuite collectés afin d’obtenir leur répartition sur la zone d’étude.

A partir de ces deux zonages, des niveaux d’aléas et des enjeux, il est possible de déterminer pour chaque enjeu, bâtiment ou infrastructure, son niveau de vulnérabilité vis-à-vis des aléas pris en compte. L’ensemble des informations obtenues permet d’identifier en fonction des enjeux considérés comme les plus importants, quels sont les secteurs d’intervention prioritaires. Ces résultats permettent alors de proposer des préconisations de gestion aux décideurs locaux. Cette méthode a ainsi été employée sur le littoral de l’Hérault dans le cadre du programme Coastance, et du Languedoc-Roussillon dans le cadre du Contrat de projets Etat-Région 2007-2013.

Croisement par SIG du zonage de l’aléa et de la localisation des enjeux (EID Med, 2013)

contenu replié
Réflexion sur la relocalisation des activités et des biens, le recul stratégique

A l’exception de quelques promontoires rocheux et de la côte Vermeille, les côtes du Languedoc-Roussillon sont essentiellement basses et sableuses. Elles sont donc particulièrement exposées à la problématique du changement climatique et à ses conséquences en matière d’érosion et de submersion marine. Face aux aléas littoraux et à l’élévation croissante du niveau marin, les solutions traditionnelles de protection du littoral par mise en place d’ouvrages de protection lourde ne paraissent plus systématiquement justifiées dans les secteurs ne présentant pas d’enjeux humains forts. La relocalisation des activités et des biens est un mode de gestion qui tend de plus en plus à être mis en avant, et notamment dans la récente « Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte » (MEDDTL, 2012).

Ce mode de gestion consiste à déplacer en retrait les activités et les biens sur des zones non vulnérables à long terme. Ce mode de gestion s’inscrit dans une prise en compte du fonctionnement naturel du système dune-plage, ainsi que dans une acceptation sociologique et économique de la mobilité du trait de côte. En effet la solution d’une relocalisation des activités et des biens est souvent plus intéressante économiquement à long terme tout en permettant de restaurer le caractère naturel du site et de préserver son attrait touristique.

L’équipe littorale de l’EID Méditerranée a réalisé dans ce cadre un diagnostic et établi des préconisations quant à la mise en place de ce mode de gestion. Ces travaux ont d’ailleurs été cités dans les « Propositions pour une stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul stratégique et de la défense contre la mer partagée entre l’Etat et les collectivités territoriales », rapport présenté par M. Cousin, député de la Manche.

La question de la relocalisation des activités et des biens est toujours un axe de travail de l’équipe littorale de l’EID Méditerranée puisqu’elle participe notamment au projet SOLTER qui aborde la question de l’anticipation de la relocalisation des activités et des biens dans ses aspects d’acceptabilité sociologique, et de mécanismes de financement.

contenu replié
Evaluation de méthodes d’atténuation du risque de submersion marine, la mitigation

La mitigation consiste en un ensemble d’actions qui conduisent à réduire l’intensité de certains aléas (inondations, submersion marine…) et la vulnérabilité des enjeux pour faire en sorte que le coût des dommages liés à la survenue de phénomènes climatologiques soit supportable par notre société (Syndicat Mixte du Bassin de Thau, 2009).

Dans ce cadre, le travail effectué par l’équipe littorale de l’EID Méditerranée se focalise sur la réduction de la vulnérabilité des enjeux afin de réduire l’importance des dégâts. La mitigation constitue de même une solution préalable à la mise en place de mode de gestion plus long à mettre en place, telle que la relocalisation des activités et des biens.

L’équipe littorale de l’EID Méditerranée a effectué un état des lieux des mesures existantes en termes de mitigation. Cet état des lieux a été croisé avec une typologie des catégories d’habitat observables sur le littoral du Languedoc-Roussillon. A partir de ces éléments, l’équipe littorale de l’EID Méditerranée est en mesure de proposer des pistes de réflexion aux communes littorales afin qu’elles agissent sur la réduction de la vulnérabilité de leur frange littorale. Trois axes de réduction de la vulnérabilité ont ainsi été identifiés :

  • Améliorer le descriptif des réglementations de construction
  • Travailler sur les questions d’accessibilité au littoral
  • Approfondir le travail de communication sur le risque de submersion marine

contenu replié
Evaluation d’un outil réglementaire de gestion des risques, le Plan Communal de Sauvegarde

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) est un document essentiel de gestion des risques car il détermine “l’organisation prévue par la commune pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien de la population au regard des risques connus” (Décret n°2005-1156 relatif au plan communal de sauvegarde).

La tempête Xynthia, qui a particulièrement touché les côtes de Vendée et de Charente-Maritime en février 2010, a rappelé que la submersion marine constituait une véritable menace sur certains espaces littoraux. Pour mémoire les communes de la Faute-sur-Mer et de l’Aiguillon-sur-Mer étaient dépourvues de PCS, ce qui a rendu plus difficile l’organisation des secours et l’évacuation des populations en danger.

L’équipe de l’EID Méditerranée a donc effectué un diagnostic quantitatif et qualitatif de la prise en compte de la submersion marine dans les PCS des communes du Languedoc-Roussillon ayant une façade maritime. Cet état des lieux a été complété par la production d’un guide méthodologique (lien) à destination des communes ainsi que d’un appui aux communes dans l’amélioration de leur Plan Communal de Sauvegarde. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013

contenu replié
Emploi d’Analyses Coûts/Bénéfices et Multicritères dans des projets d’aménagement littoraux

Dans les projets d’aménagement littoraux, il est nécessaire de pouvoir apporter aux décideurs des informations précises, relatives à la faisabilité d’un projet et à la solution technique la plus adaptée. L’analyse Coûts/Bénéfices (ACB) est un outil leur permettant de disposer d’éléments économiques précis. Elle est un outil d’aide à la décision qui permet d’établir la valeur économique d’un projet pour l’ensemble de la société. L’ACB permet ainsi de comparer entre elles plusieurs variantes ou options de ce projet. La comparaison de différents scénarios d’aménagement y a une place prépondérante, au niveau des effets de nature technique, des impacts potentiels sur l’environnement, et des effets d’ordre économique.

L’emploi de cet outil semble alors dans ce contexte particulièrement adapté. La diversité des caractéristiques des espaces littoraux, et notamment sociales et environnementales, nécessite une analyse économique fine prenant aussi en compte ces facteurs. L’équipe littorale de l’EID Méditerranée a travaillé à l’adaptation de la méthode ACB aux spécificités des aménagements en milieu littoral. Ce travail a permis de mettre en évidence les éléments-clefs nécessaires à une analyse coûts/bénéfices pour un projet d’aménagement du littoral. En outre, avec la réflexion sur la gestion par relocalisation des activités et des biens, cette méthode apparaît comme nécessaire pour identifier la solution d’aménagement la plus pertinente économiquement sur le long terme.

Par ailleurs, les résultats de l’ACB sont précisés au moyen d’une analyse multicritères. Cette analyse complète l’ACB a plusieurs titres. D’une part elle permet d’intégrer des critères non monétarisables, et qui n’ont donc pas pu être pris en compte dans l’ACB. D’autre part elle est un moyen d’engager un processus de concertation puisque les critères évalués sont pondérés par les acteurs concernés par le projet d’aménagement.

Les travaux réalisés par l’équipe littorale de l’EID Méditerranée sur les analyses coûts/bénéfices et multicritères ont été effectués dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013. L’équipe littorale est actuellement en mesure de proposer un appui aux collectivités territoriales sur ce type de besoins pour des projets d’aménagement.

Consiel Général des Pyrénées OrientalesConseil Général de l'AudeDépartement de l'HéraultConseil Général du GardConseil Général des Bouches du RhôneConseil Général du Var